A l’an nouveau

Alors que le temps s’en va et que tressaute sa pulsation annuelle, célébrons le réveillon, « réveillons-nous ». Car nous avons peut-être trop dormi l’an passé, et trop consenti aux ténèbres. Voici du temps neuf. C’est le moment d’ouvrir les yeux, de rafraîchir nos lucidités, de nous décider à vivre éveillés. Entre les obscurités d’hier et celles de demain, reste à redécouvrir qu’en toutes circonstances, les hommes peuvent créer de la lumière les uns pour les autres.

Gérard Bessière. La ferveur du jour, Diabase, 2008