Chédid. Au cœur du cœur

Chédid. Au cœur du cœur

Chédid. Au cœur du cœurAu cœur de l’espaceLe Chant Au cœur du chantLe Souffle Au cœur du souffleLe Silence Au cœur du silenceL’Espoir Au cœur de l’espoirL’Autre Au cœur de l’autreL’Amour Au cœur du cœurLe Cœur  Andrée Chédid. Rythmes. Poésie Gallimard....

lire plus
Abd Al Malik. L’alchimiste

Abd Al Malik. L’alchimiste

Abd Al Malik. L'alchimisteJe n'étais rien, ou bien quelque chose qui s'en rapproche, J'étais vain et c'est bien ce que contenait mes poches. J'avais la haine, un mélange de peur, d'ignorance et de gêne. Je pleuvais de peine, de l'inconsistance de ne pas être moi-même....

lire plus
Bourvil. La tendresse

Bourvil. La tendresse

Bourvil. La tendresseOn peut vivre sans richesse Presque sans le sou Des seigneurs et des princesses Y'en a plus beaucoup Mais vivre sans tendresse On ne le pourrait pas Non, non, non, non On ne le pourrait pas On peut vivre sans la gloire Qui ne prouve rien Etre...

lire plus
Dorion. Jours de sable

Dorion. Jours de sable

Dorion. Jours de sableDans la plupart de nos vies, il n’y a rien d’extraordinaire. Simplement des maisons, des visages, des pas qui les relient. A la fin, on dit ma vie, on raconte les passerelles, les forêts, les points d’eau qu’il a fallu trouver pour que se...

lire plus
Dorion. Comme résonne

Dorion. Comme résonne

Dorion. Comme résonneComme résonne étrangement la vieque tu vois se lever, au milieu du brouillardde l’enfant que tu étais, hier encoreà la table où ton père, où ta mèrefouillaient le quotidien, sarclaientla terre, arrachaient les herbes égaréesparmi les tulipes...

lire plus
Tennyson. Se lancer en quête

Tennyson. Se lancer en quête

Tennyson. Se lancer en quêteVenez, mes amis, point n'est trop tard pour se lancer en quêteD'un monde nouveau ; poussons au large et en rangs serrés,Fendons ces sillons sonores ; car je garde l'envieDe voguer au-delà du coucher du soleil où baignentToutes les étoiles...

lire plus
Jodorowsky. Et si le Mat parlait…

Jodorowsky. Et si le Mat parlait…

Jodorowsky. Et si le Mat parlait...Sais-tu qu’à chaque instant une mutation de conscience est possible, que tu peux soudainement changer la perception que tu as de toi ? On s’imagine parfois qu’agir, c’est triompher sur l’autre. Quelle erreur ! Si tu veux agir dans le...

lire plus
Sedar Senghor. Poème à mon frère blanc

Sedar Senghor. Poème à mon frère blanc

Sedar Senghor. Poème à mon frère blancQuand je suis né, j'étais noir;Quand j'ai grandi, j'étais noir;Quand je suis au soleil, je suis noir;Quand je suis malade, je suis noir;Quand je mourrai, je serai noir... Tandis que toi homme blanc,Quand tu es né, tu étais...

lire plus
Anonyme. Le souffle, c’est le ciel

Anonyme. Le souffle, c’est le ciel

Anonyme. Le souffle, c'est le cielLe souffle, c’est le ciel,C’est ce qui met en communication,C’est le vent,C’est le mouvement,Ce sont les transformations,C’est la respiration,C’est ce qui est léger et s’élève,Ce qui s’envole,Ce qui se disperse,Ce qui ouvre,Ce qui...

lire plus
Keats. Ô toi dont la face

Keats. Ô toi dont la face

Keats. Ô toi dont la faceÔ toi dont la face a senti le vent de l’Hiver,Dont les yeux ont vu les nuages de neige suspendus dans la brumeEt les faîtes des ormes noirs au milieu de la froide lueur des étoiles !Pour toi le Printemps sera un temps de moissons.Toi dont le...

lire plus
Walcott. L’amour après l’amour

Walcott. L’amour après l’amour

Walcott. L'amour après l'amour Le temps viendraoù, avec allégresse,tu t’accueilleras toi-même, arrivantdevant ta propre porte, ton propre miroir,et chacun sourira du bon accueil de l’autre et dira : assieds-toi. Mange.Tu aimeras de nouveau l’étranger qui était...

lire plus
Tung-Shan. Si tu cherches

Tung-Shan. Si tu cherches

Tung-Shan. Si tu cherchesSi tu cherches la vérité au-dehors de toi,Elle s’éloignera de plus en plus.Aujourd’hui, en marchant seul,Je la rencontre à chacun de mes pas.Elle est comme moi.Pourtant je ne suis pas elle.Ce n’est qu’en comprenant celaQue tu te confondras...

lire plus
Twardowski. Dieu

Twardowski. Dieu

Twardowski. DieuDieu,Je Te remercie tout simplementDe ce que Tu existes,D’être plus grand que notre tête – trop logique,D’être plus subtil que notre cœur – trop nerveux,D’être si proche et si lointain, et en tout – autre,D’être déjà conçu et encore inconnuQu’en fuyant...

lire plus
Oliver Mary. Le voyage

Oliver Mary. Le voyage

Oliver Mary. Le voyageUn jour tu as finalement suce que tu avais à faire, et tu t’y es mise,alors que les voix autour de toihurlaient sans cesseleurs funestes conseils –alors que la maison entières’était mise à trembleret que tu sentais les vieux fersà tes...

lire plus
Medeiros. Il meurt lentement

Medeiros. Il meurt lentement

Medeiros. Il meurt lentementIl meurt lentementcelui qui ne voyage pas, celui qui ne lit pas, celui qui n’écoute pas de musique, celui qui ne sait pas trouver grâce à ses yeux. Il meurt lentementcelui qui détruit son amour-propre, celui qui ne se laisse jamais aider....

lire plus
Eluard. Notre mouvement

Eluard. Notre mouvement

Eluard. Notre mouvementNous vivons dans l'oubli de nos métamorphosesLe jour est paresseux mais la nuit est activeUn bol d'air à midi la nuit le filtre et l'useLa nuit ne laisse pas de poussière sur nous Mais cet écho qui roule tout le long du jourCet écho hors du...

lire plus
Petit. L’art du funambule

Petit. L’art du funambule

Petit. L'art du funambuleCelui qui marche, danse ou voltigeSur une corde à quelques mètres du solN’est pas funambule.Son fil peut être tendu, lâche, muni de ressortsOu complètement détendu, il travaille avec ou sans balancier,On l’appelle le danseur de corde. Qui...

lire plus
Jaëll Marie. L’inventivité sensible

Jaëll Marie. L’inventivité sensible

Jaëll Marie. L'inventivité sensible Je suis toujours préoccupée par des travaux que je dois entreprendre, des progrès que je dois réaliser. Mon jeu ne me contente que de loin en loin et par fragments, rarement dans l'ensemble. Je découvre toujours des lacunes.Se...

lire plus
Kokinshu. Me voici amoureux

Kokinshu. Me voici amoureux

Kokinshu. Me voici amoureuxChant triste du coucou, Iris du début d'été, sans savoir pourquoi me voici amoureux. Là-bas où se perd l'écume des vagues, le navire, lui au moins, va selon le vent qui le guide. Ah ! Notre monde est fait ainsi, comme le vent qui souffle mes...

lire plus
Donne. En temps de crise

Donne. En temps de crise

Donne. En temps de criseAucun homme n’est une île,un tout, complet en soi ;tout homme est un fragment du continent, une partie de l’ensemble ;si la mer emporte une motte de terre,l’Europe en est amoindrie,comme si les flots avaient emporté un promontoire,le manoir de...

lire plus
Prévert. Malgré moi

Prévert. Malgré moi

Prévert. Malgré moiEmbauché malgré moi dans l’usine à idéesj’ai refusé de pointerMobilisé de même dans l’armée des idéesj’ai désertéJe n’ai jamais compris grand choseIl n’y a jamais grand choseni petite choseil y a autre choseAutre chosec’est ce que j’aime qui me...

lire plus
Bobin. La présence pure

Bobin. La présence pure

Bobin. La présence pureLa couleur jaune monte à ses feuilles comme le rouge aux joues des timides. Ce n’est pas seulement un arbre devant une fenêtre. C’est un conseiller que j’interroge et qui m’instruit par sa manière d’aller tout en hésitations et ruptures – vers...

lire plus
Whyte. Douce obscurité

Whyte. Douce obscurité

Whyte. Douce obscuritéQuand tes yeux sont fatiguésle monde aussi est fatigué. Quand ta vision s’en est alléeaucune partie du monde ne peut te trouver. Il est temps d’aller dans l’obscuritéoù la nuit a des yeuxpour reconnaître les siens. Là, tu peux être sûrque tu n’es...

lire plus
Muir. Les absents

Muir. Les absents

Muir. Les absentsIls ont disparu. Et nous, nous sommes les Autres,Nous marchons, inconnus nous-mêmes, dans le soleilQui brille pour nous et pour nous seuls.Eux, Ils ont disparu.Et Ils se font connaître de nous dans cette grande absenceQui s’étend sur nous et entre...

lire plus
Morgan. A la claire fontaine…

Morgan. A la claire fontaine…

Morgan. A la claire fontaine...J’ai cherché la paix dans la solitude :Elle était peuplée d’orgueil et d’illusions.J’ai cru trouver la vérité en moi seul,Et la vérité qui réside chez tous les hommesétait profondément glacée au fond de mon cœur.Je n’avais aucun rayon de...

lire plus
Caulier. Mon amie la rose

Caulier. Mon amie la rose

Caulier. Mon amie la rose On est bien peu de choseEt mon amie la roseMe l´a dit ce matin.A l´aurore je suis néeBaptisée de roséeJe me suis épanouieHeureuse et amoureuseAux rayons du soleilMe suis fermée la nuitMe suis réveillée vieille Pourtant j´étais très belleOui...

lire plus
Rostand. Non, merci

Rostand. Non, merci

Rostand. Non, merciMais… chanter,Rêver, rire, passer, être seul, être libre,Avoir l’œil qui regarde bien, la voix qui vibre,Mettre, quand il vous plaît, son feutre de travers,Pour un oui, pour un non, se battre, – ou faire un vers !Travailler sans souci de gloire ou...

lire plus
Wang Wei. Le plein du vide

Wang Wei. Le plein du vide

 Wang Wei. Le plein du videau milieu de ma vie je me suis épris du taosur mes vieux jours j’habite au pied de la montagne du sudquand l’envie me prend, solitaire je m’y rendsde choses si merveilleuses je suis le seul à jouirje marche jusqu’à la sourceassis, je regarde...

lire plus
Moitessier. La longue route

Moitessier. La longue route

Moitessier. La longue routeL'homme-robot téléguidé pullulera sur la Terre, et ensuite notre planète s'en débarrassera comme on se débarrasse de la vermine. Il restera quelques lamas au Tibet, quelques rescapés sur les montagnes et sur la mer, peut-être. Et tout le...

lire plus
Cheng. Qui accueille

Cheng. Qui accueille

Cheng. Qui accueilleQui accueille s’enrichit, qui exclut s’appauvrit. Qui élève s’élève, qui abaisse s’abaisse. Qui oublie se délie, qui se souvient advient. Qui vit de mort périt, qui vit de vie sur-vit.   François Cheng. Enfin le royaume. Poésie Gallimard....

lire plus
Milosz. Solitude

Milosz. Solitude

Milosz. Solitude Je me suis réveillé sous l’azur de l’absence Dans l’immense midi de la mélancolie.L’ortie des murs croulants boit le soleil des morts.      Silence. Où m’avez-vous conduit, Mère aveugle, ô ma vie ? Dans quel enfer du souvenir où l’herbe pense, Où...

lire plus
Kokinshu. Chant de printemps

Kokinshu. Chant de printemps

Kokinshu. Chant de printemps Chant triste du coucou, Iris du début d'été, sans savoir pourquoi me voici amoureux. Là-bas où se perd l'écume des vagues, le navire, lui au moins, va selon le vent qui le guide. Ah ! Notre monde est fait ainsi, comme le vent qui souffle...

lire plus
Guénand. Dévotion

Guénand. Dévotion

Guénand. DévotionEntre l’ombre et la lumièreEntre le chagrin et la raisonEntre la rage et la prièreEntre l’ignorance et le pardonJ’ai découvert une autre filièreUne mine d’or, un inépuisable filonQui m’aspire au cœur de l’universDans un magnifique tourbillonOù la peur...

lire plus
Juan Ramón Jiménez. Matins

Juan Ramón Jiménez. Matins

Juan Ramón Jiménez. MatinsLit emprunté Dur, sec, fatidique matin, qui me réveille par ta véhémenceaigre du concert d’innocencesplendeur du fond de ma nuit souveraine, trouble remous d’humaine peine, de conscience éblouie et sordide, trop lente à prendre place en la...

lire plus
Wagoner. Ici

Wagoner. Ici

Wagoner. Ici Ne bouge plus. Les arbres devant toi et les buissons sur les côtésNe se sont pas perdus. Où que tu sois s’appelle Ici,Et tu dois le traiter comme un puissant étranger,Tu dois demander la permission de le connaître et d’être connu.La forêt respire. Ecoute....

lire plus
Kabîr. Ami, espère

Kabîr. Ami, espère

Kabîr. Ami, espère Ami, espère en l’Hôte tant que tu es en vie.Plonge dans l’expérience tant que tu es en vie !Pense… et pense encore… tant que tu es en vie.Ce que tu appelles « salut » appartient au temps d’avant la mort. Si tu ne brises pas tes liens tant que tu es...

lire plus
Newman. Le sublime est maintenant

Newman. Le sublime est maintenant

Newman. Le sublime est maintenantNous réaffirmons le désir naturel de l’homme pour l’exaltation, pour un souci de notre rapport aux émotions absolues. Nous n’avons nul besoin des accessoires désuets d’une légende démodée et caduque. Nous créons des images dont la...

lire plus
Stafford. Tiens-toi prêt

Stafford. Tiens-toi prêt

Stafford. Tiens-toi prêt A partir d’ici, de quoi veux-tu te souvenir ?De la lumière du soleil qui grignote un sol brillant ?De l’odeur de vieux bois qui plane, du bruit adoucide l’extérieur qui emplit l’air ? Offriras-tu jamais plus beau cadeau au mondeque le respect...

lire plus
Hafez. Quel est le secret ?

Hafez. Quel est le secret ?

Hafez. Quel est le secret ?L’autre nuit, un sage est venu me dire : « Il faut que tu connaisses le secret de celui qui nous vend le vin. »Il ajouta : « Ne prends rien au sérieux. Le monde met de lourds fardeaux sur ceux qui courbent l’échine. »Puis il me tendit une...

lire plus
Campo Cristina. Deux mondes

Campo Cristina. Deux mondes

Campo Cristina. Deux mondes Deux mondes - et moi je viens de l'autre.Derrièredans les rues détrempéesderrièredans le brouillard et le déchirementau-delà du chaos et de la raisonde portes minuscules et de durs rideaux de cuir,un monde caché au monde, imprégnant le...

lire plus
Baguian. Je suis une tombe

Baguian. Je suis une tombe

Baguian. Je suis une tombeComment savoir où je vaisSi je ne sais pas d'où je viensOù est passé mon passéJe recherche sans finLe début d'un chemin Comment savoir qui je suisSans savoir de qui je tiensJe suis à moi-même étrangerEn ne connaissant rienDu nom qui est le...

lire plus
Cohen. Suzanne

Cohen. Suzanne

Cohen. Suzanne Suzanne t'emmène chez elle près de la rivièreTu peux entendre les bateaux voguerTu peux passer la nuit auprès d'elleEt tu sais qu'elle est à moitié folleMais c'est pour ça que tu veux resterEt elle te nourrit de thé et d'orangesQui ont fait tout le...

lire plus
Éluard. Liberté

Éluard. Liberté

Éluard. LibertéSur mes cahiers d’écolierSur mon pupitre et les arbresSur le sable sur la neigeJ’écris ton nom Sur toutes les pages luesSur toutes les pages blanchesPierre sang papier ou cendreJ’écris ton nom Sur les images doréesSur les armes des guerriersSur la...

lire plus
Ansa. S’il y a …

Ansa. S’il y a …

Ansa. S'il y a ... S’il y a un art,il est l’expression de l’amour. S’il y a un chemin,c’est d’avancer en aimant. S’il y a une connaissance,c’est en aimant qu’elle viendra. S’il y a un ciel,c’est l’Aimé qui l’habite. S’il y a une vie,c’est d’aimer l’amour. S’il y a une...

lire plus
T. S. Eliot. La terre vaine

T. S. Eliot. La terre vaine

T. S. Eliot. La terre vaineEntre l’idéeEt la réalitéEntre le mouvementEt l’acteTombe l’OmbreCar Tien est le Royaume Entre la conceptionEt la créationEntre l’émotionEt la réponseTombe l’Ombre La vie est très longue Entre le désirEt le spasmeEntre la puissanceEt...

lire plus
Yourcenar. Vous ne saurez jamais

Yourcenar. Vous ne saurez jamais

Yourcenar. Vous ne saurez jamaisVous ne saurez jamais que votre âme voyageComme au fond de mon cœur un doux cœur adoptéEt que rien, ni le temps, d’autres amours, ni l’âgeN’empêcheront jamais que vous ayez été ; Que la beauté du monde a pris votre visage,Vit de votre...

lire plus
Sabino. De tout

Sabino. De tout

Sabino. De toutDe tout, il resta trois choses:la certitude que tout était en trainde commencer,la certitude qu'il fallait continuer,la certitude que cela serait interrompuavant que d'être terminé.Faire de l'interruption un nouveau chemin,faire de la chute un pas de...

lire plus
H. J. Lim. La vie parfaite

H. J. Lim. La vie parfaite

H. J. Lim. La vie parfaiteJe salue le public. Les applaudissements s’estompent. Un homme tousse. Le piano attend. Je m’assois. Et alors, il y a la musique. Et tout advient. La musique, c’est eux, c’est moi, c’est vous, c’est nous qui cherchons le silence.Je n’oublie...

lire plus
Ikkyû. Au milieu des fleurs

Ikkyû. Au milieu des fleurs

Ikkyû. Au milieu des fleurs Se promener en récitant des poésies.Passionnant !Les fleurs s’ouvrent par centaines, puis tombent,Ciel et terre sont purs.Effluves parfumés à mon chevet,Suis-je endormi ou éveillé ?Rêve printanier d’un moment,Je ne puis distinguer...

lire plus
Machado. Des chemins sur la mer

Machado. Des chemins sur la mer

Machado. Des chemins sur la merIIA quoi bon appeler cheminsles sillons du hasard ?...Qui chemine marche toujoursComme Jésus sur la mer. XXIHier j’ai rêvé que je voyaisDieu et qu’à Dieu je parlais ;et j’ai rêvé que Dieu m’entendait…Puis j’ai rêvé que je rêvais....

lire plus
Apollinaire. Chère raison

Apollinaire. Chère raison

Apollinaire. Chère raisonJ’écoute les bruits de la villeEt prisonnier sans horizonJe ne vois rien qu’un ciel hostileEt les murs de ma prison. Le jour s’en va voici que brûleUne  lampe dans la prisonNous sommes seuls dans ma celluleBelle clarté Chère raison Guillaume...

lire plus
Attar. La conférence des oiseaux

Attar. La conférence des oiseaux

Attar. La conférence des oiseaux Ne comprenant rien, ils interrogèrent le Simorgh, sans se servir de la langue. Alors le Simorgh leur dit, sans se servir non plus de la langue : « Le soleil de ma majesté est un miroir. Celui qui se voit dans ce miroir, il y voit son...

lire plus
Kabir. A quel rivage …

Kabir. A quel rivage …

A quel rivage ...A quel rivage veux-tu atteindre, ô mon cœur ?Il n’y a aucun voyageur devant toi. Il n’y a pas de route.Où est l’action, où le repos sur ce rivage ?Il n’y a pas d’eau : aucun bateau, aucun marin ne sont en vue.Il n’y a pas même de corde pour hâler le...

lire plus
Ryokan. Une vie simple

Ryokan. Une vie simple

Une vie simple Ma vie peut sembler mélancolie,Mais en voyageant à travers le monde,Je me suis confié au Ciel. Dans mon sac, trois parts de rizPrès de l’âtre un tas de bois. Si quelqu’un me demande quel est le signeDe l’éveil ou de l’illusion,Je ne saurai le dire–...

lire plus
Amar. Écoute, écoute, écoute

Amar. Écoute, écoute, écoute

Écoute, écoute, écoute Écoute…Quand on veut comprendre,on n’écoute qu’avec la tête.Pour réaliser le tout,qui n’est pas compréhension,il nous faut écouter avec plusque la tête… Écoute…De tout ton cœur, de toute ton âmede toutes tes forces.Apprendre à écouter,avec son...

lire plus
Blake. Le voilier

Blake. Le voilier

Le voilier Je suis debout au bord de la plage.Un voilier passe dans la brise du matin,et part vers l'océan.Il est la beauté, il est la vie.Je le regarde jusqu'à ce qu'il disparaisse à l'horizon.Quelqu'un à mon côté dit : « il est parti !» Parti vers où ?Parti de mon...

lire plus
Biès. Mon cœur repose

Biès. Mon cœur repose

Mon cœur repose L'Esprit se dévêt de sa nudité :surgit le monde !Le Verbe vibre et se réveille et se révèleabreuvant le vent de vie,enseignant son frémir à l'herbe. De leurs lianes les regardsenserrent les objets, les formes.Les lèvres tendent des baisers.Les éclairs...

lire plus
Baudiquey. Un autre évangile

Baudiquey. Un autre évangile

Un autre évangile Car Jésus se laisse, bel et bien, « toucher », dans tous les sens du mot, par tous les ulcérés du corps et du cœur, par tous les « intouchables » qui lui font cortège depuis qu’il a dit : « Venez à moi, vous tous qu’écrase le fardeau… » (qui n’a...

lire plus
Rilke. Et si je lève

Rilke. Et si je lève

Et si je lève Et si je lève maintenant les yeux du livre,rien ne sera dépaysant, tout sera grand.Dehors est tout cela que je vis ici dedans,ici et là tout est illimité ; sinonque je m’y tresse plus étroitement encorequand mes regards vont s’accordant aux choseset à la...

lire plus
Blum. Oracle runique

Blum. Oracle runique

Oracle runique Dieu en moi, Dieu sans moi,Comment ne serai-je jamais dans le doute ?Il n'y a aucun  lieu où je ne puisse allerEt n’y pas voir la face de Dieu,Rien pour connaître que je suis la vision de DieuEt que je suis les oreilles de Dieu.Ainsi, à travers la...

lire plus
Linssen. L’extase du monde

Linssen. L’extase du monde

L'extase du monde Demeure en Dieu…Ne vis qu’en Dieu…Efface-toi.Et que ton âme soit irradiante,de Sa Lumière infinie,de Sa Paix suprême.O sublime immortalitéJe suis à jamais en Toi.Ta joie comble mon âme…Enflamme mon cœur,En une ineffable et divine Extase.O Vie Immense...

lire plus
Whitman. Je crois encore au miracle

Whitman. Je crois encore au miracle

Je crois encore au miracleEh quoi – fait-on si grande affaire d’un miracle ?Quant à moi, je ne connais rien d’autre que des miracles,Quand je me promène dans les rues de Manhattan,Ou que je darde mon regard par-dessus les toits dans le ciel,Ou que je patauge pieds nus...

lire plus
Emré. Paroles d’un Pauvre

Emré. Paroles d’un Pauvre

Paroles d'un Pauvre Le Juste est plein de l'universmais nul ne sait qui est le Juste.Cherche-le en toi-même,Il n'est pas différent de toi. Tu crois à ce monde.« Ce pain, dis-tu, il m'appartient »Pourquoi raconter ces mensonges ?Ce dont tu parles n'existe pas. L'autre...

lire plus
Donne. Nul n’est une île

Donne. Nul n’est une île

Nul n'est une île Aucun homme n’est une île, un tout, complet en soi ; tout homme est un fragment du continent, une partie de l’ensemble ; si la mer emporte une motte de terre, l’Europe en est amoindrie, comme si les flots avaient emporté un promontoire, le manoir de...

lire plus
Boubat. Rivage du Soi

Boubat. Rivage du Soi

Rivage du Soi Le long de la plageAux rives du Gange. Du Nil au MississipiAprès une longue routeOn découvre l’OUVERT.L’amoureux de la lumièreS’accorde avec le signe de l’infini : ∞.L’homme libre devant la merSe prend au jeu des vagues et des nuages.Il participe à la...

lire plus
Bergamn. Silence de Dieu

Bergamn. Silence de Dieu

Silence de Dieu Tu te plains de crier et du silence de Dieu. Tu dis que tu es enfermé, et que tu as peur d'être emprisonné à vie, bien que personne ne t'ait rien dit à ce sujet. Songe alors au fait que tu es ton propre juge et ton propre gardien. Prisonnier, quitte ta...

lire plus
Blake. Petite mouche

Blake. Petite mouche

Petite mouche Petite Mouche,Ton jeu d’étéMa main insoucianteL’a balayé.Ne suis-je pasUne mouche comme toi ?Ou encore, n’es-tu pasUn homme comme moi ? Moi aussi, je danseEt bois et chanteJusqu’à ce qu’une main aveugleBalaie mes ailes.Si la pensée est viveEt force et...

lire plus
McMillen. Le jour où

McMillen. Le jour où

Le jour où Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai compris qu’en toutes circonstances, j’étais à la bonne place, au bon moment. Et alors, j’ai pu me relaxer. Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle estime de soi. Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai pu...

lire plus
Wordsworth. Notre naissance

Wordsworth. Notre naissance

Notre naissance Notre naissance n’est rien d’autre que sommeil et oubli.L’âme qui s’éveille avec nous, l’Etoile de notre vie,A eu ailleurs sa place, et vient de si loin.Non dans un total oubli,Ni dans l’absolue nudité,Mais cortèges de nuages glorieux,Nous venons de...

lire plus
Daumal. Le grand jeu

Daumal. Le grand jeu

Le grand jeu Je suis mort, parce que je n’ai pas le désirJe n’ai pas le désir parce que je crois posséderJe crois posséder parce que je n’essaie pas de donnerEssayant de donner on voit qu’on n’a rien,Voyant qu’on n’a rien on essaie de se donnerEssayant de se donner on...

lire plus
Tagore. L’offrande lyrique

Tagore. L’offrande lyrique

L'offrande lyrique Lumière ! Où est la lumière ? Qu’elle s’anime au feu rutilant du désir ? Voici la lampe, mais sans jamais le vacillement d’une flamme — est-ce là ton destin, mon cœur ? La mort, ah ! pour toi serait de beaucoup préférable. La misère frappe à ta...

lire plus
Kandinsky. La troisième révélation

Kandinsky. La troisième révélation

La troisième révélation L’art est à bien des égards comme la religion. Son évolution ne consiste pas en de nouvelles découvertes qui effacent les anciennes vérités… mais en l’apparition de nouvelles vérités qui, au fond, ne sont rien d’autre que le développement...

lire plus
Verlaine. Qu’as-tu fait ?

Verlaine. Qu’as-tu fait ?

Qu'as-tu fait ? Le ciel est, par-dessus le toit, Si bleu, si calme ! Un arbre, par-dessus le toit, Berce sa palme. La cloche, dans le ciel qu’on voit, Doucement tinte. Un oiseau sur l’arbre qu’on voit Chante sa plainte. Mon Dieu, mon Dieu, la vie est là, Simple et...

lire plus
Hugo. L’immense oui

Hugo. L’immense oui

L'immense oui De quelqu’un qui se tait nous sommes les ministres ; Le noir réseau du sort trouble nos yeux sinistres ; Le vent nous courbe tous ; L’ombre des mêmes nuits mêle toutes les têtes. Qui donc sait le secret ? Le savez-vous, tempêtes ? Gouffres, en...

lire plus
Nirmayananda. Recommencements

Nirmayananda. Recommencements

Recommencements Car la vie des ultimes profondeursNaît étrangement d’une mort sans douleurMon être surgit du Non-Être !Dans la pulsation mystérieuseD’une récréation intemporelle.Vie-mort… Vie-mort… Vie-mort…Création-destruction…Création-destruction…Chaque coup...

lire plus
Kestenbtsa. Incantation

Kestenbtsa. Incantation

Incantation Je t’ouvrirai, j’ouvrirai tes penséesEn les ouvrantJe te remplirai de joie Te remplissant de joieJe redresserai tes pensées, en les redressantJe te le ferai jolimentJe redresserai ton corps Maintenant, je vais te soignerJusqu’au fond de ton cœurEn ouvrant...

lire plus
Kabir. Un secret unique

Kabir. Un secret unique

Un secret unique J’ai pensé à la différence qui existait entre l’eau et les vagues. En s’élevant, l’eau est toujours de l’eau. En retombant, elle est encore de l’eau. Pourriez-vous me dire comment les séparer ? Parce que le mot « vague » fut créé par l’homme, Dois-je...

lire plus
Ibn Al-Fârid. Éloge du vin

Ibn Al-Fârid. Éloge du vin

Éloge du vin  … C’est ce qu’il y a de plus pur, et cependant ce n’est point de l’eau ; ce qu’il y a de plus léger, et pourtant l’air ne la compose point ; c’est une lumière que le feu n’engendre pas ; c’est une âme qui n’habite point de corps. Sa mémoire a précédé...

lire plus
Toukârâm. Psaume du pèlerin

Toukârâm. Psaume du pèlerin

Psaume du pèlerin Tu te dis : quand je serai libre,quand toute inquiétude m’aura quitté,alors j’entrerai en solitude pour faire prière ! Mais le désir toujours te poursuivra comme un chiensi tu restes dans ce monde agité :le désir dévorera ta vie toute entière....

lire plus
Borges. Les dons

Borges. Les dons

Les dons Il lui fut donné la musique invisiblequi est un don du temps qui dans le temps s’achève ;il lui fut donné la tragique beauté,il lui fut donné l’amour, chose terrible. Il lui fut donné de savoir qu’entre toutes les femmesde la terre, il n’en est qu’une ;un...

lire plus
Morin. Le parti d’Éros

Morin. Le parti d’Éros

Le parti d’Éros Ayez la forte attitude D’affronter les incertitudes Avec force et courage Sans imprécations ni rage Espérons que le Covid Malgré ses tentacules Cessera d’être avide De nos chères cellules Allez au devant de la vie Soyez en inassouvi Allez soyez véloce...

lire plus
Supervielle. Soleil

Supervielle. Soleil

Soleil Soleil, un petit d'homme est là sur ton cheminEt tu mets sous ses yeux ce qu'il faut de lointains.Ne sauras-tu jamais un peu de ce qu'il pense ?Ah tu es faible aussi, sans aucune défense,Toi   qui   n'as   que   la   nuit  pour   sillage,   pour   fin.Et...

lire plus
Caldecott. Respiration

Caldecott. Respiration

Respiration Je n’ai aucune permanencedans la pensée de Dieu.DemainIl se peut même qu’il ne me pensecomme je suisavec un nomune date de naissanceet mes petites combines.                               Mais ce qu’Il estest un Tout sans séparationet tout ce qui Estest...

lire plus
Hopil. Amour essentiel

Hopil. Amour essentiel

Amour essentiel Dans ce nuage épais où mon esprit se plongePour adorer les Trois au sein de l’unité,Je ne pense entrevoir de cette Trinité          Que l’image d’un songe. Je n’en vois rien du tout car voyant quelque choseDe Dieu, je verrai tout en ce ténébreux...

lire plus
Cohen. Me voici, me voici

Cohen. Me voici, me voici

Me voici, me voici Vous voulez plus sombreSi tu es le croupier, je suis hors du jeuSi tu es le guérisseur, ça signifie que je suis brisé et estropiéSi tienne est la gloire alors mienne doit être la honteTu veux ça plus sombreNous tuons la flamme Magnifié, sanctifié,...

lire plus
Baez. Dieu est Dieu

Baez. Dieu est Dieu

Dieu est Dieu Je crois en la prophétie Certaines personnes voient des choses que tout le monde ne peut pas voir et de temps en temps, ils nous transmettent le secret Je crois aux miracles À quelque chose de sacré qui brûle dans chaque buisson et chaque arbre nous...

lire plus
Haïkus et courts poèmes 5

Haïkus et courts poèmes 5

Haïkus et courts poèmes 5 Maître, de qui avez-vous appris le Tao ? Demanda Man Po à Mu Yu. - De l’écriture - De la lecture - De l’éveil - De l’attention - Du travail - Du son - De l’inconnu - Du vide - De l’infini sans commencement lui répondit-il. Tchouang Tseu  La...

lire plus
Djâmi. Le désert et l’illusion

Djâmi. Le désert et l’illusion

Le désert et l'illusion Une goutte d’eau rejetée par l’agitation de la mer, En plein hiver, tomba dans le désert. Devenue glace par la rigueur du froid, Elle crut vivre une existence indépendante. Et cependant, par chacun, en tout lieu, Elle entendait parler de la...

lire plus
Shitao. La saveur du monde

Shitao. La saveur du monde

La saveur du monde Le studio couvert de neige parfumée s’ouvre à la brume.Sans soucis ni entraves, la vision de l’homme se libère.Deuxième veille, au lever de lune : les branches frôlent la porte.Se dévoilent quelques perles : leurs ombres parsèment le perron.Hésitant...

lire plus
Kelly. Je vois

Kelly. Je vois

Je vois Les Airs que vous avez empoisonnésAvec vos voitures, votre fumée, vos usinesEt la Spirale tourne encoreEmpoisonnez l’Air, empoisonnez l’EauLes arbres commencent à mourir dans la forêtEmpoisonnez l’Air, empoisonnez vos enfantsFaites mal à l’avenir de votre...

lire plus
Devos. Sens dessus dessous

Devos. Sens dessus dessous

Sens dessus dessous Vous savez que j’ai l’esprit scientifique. Or, récemment, j’ai fait une découverte bouleversante !En observant la matière de plus près…j’ai vu des atomes…qui jouaient entre eux…et qui se tordaient de rire !Ils s’esclaffaient !Vous vous rendez...

lire plus
Prévert. Paroles

Prévert. Paroles

Paroles Il ne faut pas laisser les intellectuels jouer avec lesallumettesParce que Messieurs quand on le laisse seulLe monde mental MessssieursN’est pas du tout brillantEt sitôt qu’il est seulTravaille arbitrairementS’érigeant pour soi-mêmeEt soi-disant généreusement...

lire plus
Saptrem. La chanson des âges perdus

Saptrem. La chanson des âges perdus

La chanson des âges perdus Il y a quelque chose qui manquequi manque tantdans nos vies Une fenêtre qui s’ouvriraitun infini qui souriraitun coin du cœurqui s’enfonceraitdans Ta grande vaguequi coulerait làcomme à jamais il y a quelque chose qui manquequi manque...

lire plus
Bing Xin. En partance

Bing Xin. En partance

En partance Les myriades d’étoiles scintillent sur le fond bleu du ciel Qui n’a jamais perçu ce qu’elles se disent? Au plus profond du silence chacune de sa faible clarté Rend à ses compagnes un secret hommage Fleur qui pousse dans les cailloux entre les rails une...

lire plus
Pasolini. Interrogation

Pasolini. Interrogation

Interrogation Adulte ? Jamais. Jamais : comme l’existenceQui ne mûrit pas, reste toujours verte,De jour splendide en jour splendide.Je ne peux que rester fidèleA la merveilleuse monotonie du mystère.Voilà pourquoi, dans le bonheur,Je ne me suis jamais abandonné....

lire plus
Stafford. Être une personne

Stafford. Être une personne

Être une personne Sois une personne ici. Tiens-toi près de la rivière, invoqueles chouettes. Invoque l’hiver, puis le printemps.Laisse toutes les saisons qui veulent venir ici passer leurappel. Une fois ce son effacé, attends. Une lente bulle s’élève de la terreet...

lire plus
Vernet. La journée vide

Vernet. La journée vide

La journée vide Désormais, c'est certitude, pour en avoir vécu l'épreuve, chaque instant nous porte au sommet, chaque défaite nous permet d'atteindre les cimes et, à l'instar des peintres les plus grands, nous avons appris à découvrir la beauté, toute la beauté du...

lire plus
Milosz. Du vent et de la pluie

Milosz. Du vent et de la pluie

Du vent et de la pluie C’est à la patience qu’on mesure l’amour. Un pas égal et sûr : c’est là l’allure de l’amour, qu’il chemine entre deux haies de jasmin, au bras d’une fille, ou seul, entre deux rangées de tombeaux. Patience… Car il faut que la prière soit jeûne...

lire plus