Anonyme. Le voilier

Anonyme. Le voilier

Anonyme. Le voilier Je suis debout au bord de la plage.Un voilier passe dans la brise du matin, et part vers l’océan.Il est la beauté, il est la vie.Je le regarde jusqu’à ce qu’il disparaisse à l’horizon.Quelqu’un à mon côté dit : « Il est parti ! » Parti vers où...

lire plus
Cohen. Suzanne

Cohen. Suzanne

Cohen. Suzanne Suzanne t'emmène chez elle près de la rivièreTu peux entendre les bateaux voguerTu peux passer la nuit auprès d'elleEt tu sais qu'elle est à moitié folleMais c'est pour ça que tu veux resterEt elle te nourrit de thé et d'orangesQui ont fait tout le...

lire plus
Éluard. Liberté

Éluard. Liberté

Éluard. LibertéSur mes cahiers d’écolierSur mon pupitre et les arbresSur le sable sur la neigeJ’écris ton nom Sur toutes les pages luesSur toutes les pages blanchesPierre sang papier ou cendreJ’écris ton nom Sur les images doréesSur les armes des guerriersSur la...

lire plus
Ansa. S’il y a …

Ansa. S’il y a …

Ansa. S'il y a ... S’il y a un art,il est l’expression de l’amour. S’il y a un chemin,c’est d’avancer en aimant. S’il y a une connaissance,c’est en aimant qu’elle viendra. S’il y a un ciel,c’est l’Aimé qui l’habite. S’il y a une vie,c’est d’aimer l’amour. S’il y a une...

lire plus
T. S. Eliot. La terre vaine

T. S. Eliot. La terre vaine

T. S. Eliot. La terre vaineEntre l’idéeEt la réalitéEntre le mouvementEt l’acteTombe l’OmbreCar Tien est le Royaume Entre la conceptionEt la créationEntre l’émotionEt la réponseTombe l’Ombre La vie est très longue Entre le désirEt le spasmeEntre la puissanceEt...

lire plus
Yourcenar. Vous ne saurez jamais

Yourcenar. Vous ne saurez jamais

Yourcenar. Vous ne saurez jamaisVous ne saurez jamais que votre âme voyageComme au fond de mon cœur un doux cœur adoptéEt que rien, ni le temps, d’autres amours, ni l’âgeN’empêcheront jamais que vous ayez été ; Que la beauté du monde a pris votre visage,Vit de votre...

lire plus
Sabino. De tout

Sabino. De tout

Sabino. De toutDe tout, il resta trois choses:la certitude que tout était en trainde commencer,la certitude qu'il fallait continuer,la certitude que cela serait interrompuavant que d'être terminé.Faire de l'interruption un nouveau chemin,faire de la chute un pas de...

lire plus
H. J. Lim. La vie parfaite

H. J. Lim. La vie parfaite

H. J. Lim. La vie parfaiteJe salue le public. Les applaudissements s’estompent. Un homme tousse. Le piano attend. Je m’assois. Et alors, il y a la musique. Et tout advient. La musique, c’est eux, c’est moi, c’est vous, c’est nous qui cherchons le silence.Je n’oublie...

lire plus
Ikkyû. Au milieu des fleurs

Ikkyû. Au milieu des fleurs

Ikkyû. Au milieu des fleurs Se promener en récitant des poésies.Passionnant !Les fleurs s’ouvrent par centaines, puis tombent,Ciel et terre sont purs.Effluves parfumés à mon chevet,Suis-je endormi ou éveillé ?Rêve printanier d’un moment,Je ne puis distinguer...

lire plus
Machado. Des chemins sur la mer

Machado. Des chemins sur la mer

Machado. Des chemins sur la merIIA quoi bon appeler cheminsles sillons du hasard ?...Qui chemine marche toujoursComme Jésus sur la mer. XXIHier j’ai rêvé que je voyaisDieu et qu’à Dieu je parlais ;et j’ai rêvé que Dieu m’entendait…Puis j’ai rêvé que je rêvais....

lire plus
Apollinaire. Chère raison

Apollinaire. Chère raison

Apollinaire. Chère raisonJ’écoute les bruits de la villeEt prisonnier sans horizonJe ne vois rien qu’un ciel hostileEt les murs de ma prison. Le jour s’en va voici que brûleUne  lampe dans la prisonNous sommes seuls dans ma celluleBelle clarté Chère raison Guillaume...

lire plus
Attar. La conférence des oiseaux

Attar. La conférence des oiseaux

Attar. La conférence des oiseaux Ne comprenant rien, ils interrogèrent le Simorgh, sans se servir de la langue. Alors le Simorgh leur dit, sans se servir non plus de la langue : « Le soleil de ma majesté est un miroir. Celui qui se voit dans ce miroir, il y voit son...

lire plus
Kabir. A quel rivage …

Kabir. A quel rivage …

A quel rivage ...A quel rivage veux-tu atteindre, ô mon cœur ?Il n’y a aucun voyageur devant toi. Il n’y a pas de route.Où est l’action, où le repos sur ce rivage ?Il n’y a pas d’eau : aucun bateau, aucun marin ne sont en vue.Il n’y a pas même de corde pour hâler le...

lire plus
Ryokan. Une vie simple

Ryokan. Une vie simple

Une vie simple Ma vie peut sembler mélancolie,Mais en voyageant à travers le monde,Je me suis confié au Ciel. Dans mon sac, trois parts de rizPrès de l’âtre un tas de bois. Si quelqu’un me demande quel est le signeDe l’éveil ou de l’illusion,Je ne saurai le dire–...

lire plus
Amar. Écoute, écoute, écoute

Amar. Écoute, écoute, écoute

Écoute, écoute, écoute Écoute…Quand on veut comprendre,on n’écoute qu’avec la tête.Pour réaliser le tout,qui n’est pas compréhension,il nous faut écouter avec plusque la tête… Écoute…De tout ton cœur, de toute ton âmede toutes tes forces.Apprendre à écouter,avec son...

lire plus
Blake. Le voilier

Blake. Le voilier

Le voilier Je suis debout au bord de la plage.Un voilier passe dans la brise du matin,et part vers l'océan.Il est la beauté, il est la vie.Je le regarde jusqu'à ce qu'il disparaisse à l'horizon.Quelqu'un à mon côté dit : « il est parti !» Parti vers où ?Parti de mon...

lire plus
Biès. Mon cœur repose

Biès. Mon cœur repose

Mon cœur repose L'Esprit se dévêt de sa nudité :surgit le monde !Le Verbe vibre et se réveille et se révèleabreuvant le vent de vie,enseignant son frémir à l'herbe. De leurs lianes les regardsenserrent les objets, les formes.Les lèvres tendent des baisers.Les éclairs...

lire plus
Baudiquey. Un autre évangile

Baudiquey. Un autre évangile

Un autre évangile Car Jésus se laisse, bel et bien, « toucher », dans tous les sens du mot, par tous les ulcérés du corps et du cœur, par tous les « intouchables » qui lui font cortège depuis qu’il a dit : « Venez à moi, vous tous qu’écrase le fardeau… » (qui n’a...

lire plus
Rilke. Et si je lève

Rilke. Et si je lève

Et si je lève Et si je lève maintenant les yeux du livre,rien ne sera dépaysant, tout sera grand.Dehors est tout cela que je vis ici dedans,ici et là tout est illimité ; sinonque je m’y tresse plus étroitement encorequand mes regards vont s’accordant aux choseset à la...

lire plus
Blum. Oracle runique

Blum. Oracle runique

Oracle runique Dieu en moi, Dieu sans moi,Comment ne serai-je jamais dans le doute ?Il n'y a aucun  lieu où je ne puisse allerEt n’y pas voir la face de Dieu,Rien pour connaître que je suis la vision de DieuEt que je suis les oreilles de Dieu.Ainsi, à travers la...

lire plus
Linssen. L’extase du monde

Linssen. L’extase du monde

L'extase du monde Demeure en Dieu…Ne vis qu’en Dieu…Efface-toi.Et que ton âme soit irradiante,de Sa Lumière infinie,de Sa Paix suprême.O sublime immortalitéJe suis à jamais en Toi.Ta joie comble mon âme…Enflamme mon cœur,En une ineffable et divine Extase.O Vie Immense...

lire plus
Whitman. Je crois encore au miracle

Whitman. Je crois encore au miracle

Je crois encore au miracleEh quoi – fait-on si grande affaire d’un miracle ?Quant à moi, je ne connais rien d’autre que des miracles,Quand je me promène dans les rues de Manhattan,Ou que je darde mon regard par-dessus les toits dans le ciel,Ou que je patauge pieds nus...

lire plus
Emré. Paroles d’un Pauvre

Emré. Paroles d’un Pauvre

Paroles d'un Pauvre Le Juste est plein de l'universmais nul ne sait qui est le Juste.Cherche-le en toi-même,Il n'est pas différent de toi. Tu crois à ce monde.« Ce pain, dis-tu, il m'appartient »Pourquoi raconter ces mensonges ?Ce dont tu parles n'existe pas. L'autre...

lire plus
Donne. Nul n’est une île

Donne. Nul n’est une île

Nul n'est une île Aucun homme n’est une île, un tout, complet en soi ; tout homme est un fragment du continent, une partie de l’ensemble ; si la mer emporte une motte de terre, l’Europe en est amoindrie, comme si les flots avaient emporté un promontoire, le manoir de...

lire plus
Boubat. Rivage du Soi

Boubat. Rivage du Soi

Rivage du Soi Le long de la plageAux rives du Gange. Du Nil au MississipiAprès une longue routeOn découvre l’OUVERT.L’amoureux de la lumièreS’accorde avec le signe de l’infini : ∞.L’homme libre devant la merSe prend au jeu des vagues et des nuages.Il participe à la...

lire plus
Bergamn. Silence de Dieu

Bergamn. Silence de Dieu

Silence de Dieu Tu te plains de crier et du silence de Dieu. Tu dis que tu es enfermé, et que tu as peur d'être emprisonné à vie, bien que personne ne t'ait rien dit à ce sujet. Songe alors au fait que tu es ton propre juge et ton propre gardien. Prisonnier, quitte ta...

lire plus
Blake. Petite mouche

Blake. Petite mouche

Petite mouche Petite Mouche,Ton jeu d’étéMa main insoucianteL’a balayé.Ne suis-je pasUne mouche comme toi ?Ou encore, n’es-tu pasUn homme comme moi ? Moi aussi, je danseEt bois et chanteJusqu’à ce qu’une main aveugleBalaie mes ailes.Si la pensée est viveEt force et...

lire plus
McMillen. Le jour où

McMillen. Le jour où

Le jour où Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai compris qu’en toutes circonstances, j’étais à la bonne place, au bon moment. Et alors, j’ai pu me relaxer. Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle estime de soi. Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai pu...

lire plus
Wordsworth. Notre naissance

Wordsworth. Notre naissance

Notre naissance Notre naissance n’est rien d’autre que sommeil et oubli.L’âme qui s’éveille avec nous, l’Etoile de notre vie,A eu ailleurs sa place, et vient de si loin.Non dans un total oubli,Ni dans l’absolue nudité,Mais cortèges de nuages glorieux,Nous venons de...

lire plus
Daumal. Le grand jeu

Daumal. Le grand jeu

Le grand jeu Je suis mort, parce que je n’ai pas le désirJe n’ai pas le désir parce que je crois posséderJe crois posséder parce que je n’essaie pas de donnerEssayant de donner on voit qu’on n’a rien,Voyant qu’on n’a rien on essaie de se donnerEssayant de se donner on...

lire plus
Tagore. L’offrande lyrique

Tagore. L’offrande lyrique

L'offrande lyrique Lumière ! Où est la lumière ? Qu’elle s’anime au feu rutilant du désir ? Voici la lampe, mais sans jamais le vacillement d’une flamme — est-ce là ton destin, mon cœur ? La mort, ah ! pour toi serait de beaucoup préférable. La misère frappe à ta...

lire plus
Kandinsky. La troisième révélation

Kandinsky. La troisième révélation

La troisième révélation L’art est à bien des égards comme la religion. Son évolution ne consiste pas en de nouvelles découvertes qui effacent les anciennes vérités… mais en l’apparition de nouvelles vérités qui, au fond, ne sont rien d’autre que le développement...

lire plus
Verlaine. Qu’as-tu fait ?

Verlaine. Qu’as-tu fait ?

Qu'as-tu fait ? Le ciel est, par-dessus le toit, Si bleu, si calme ! Un arbre, par-dessus le toit, Berce sa palme. La cloche, dans le ciel qu’on voit, Doucement tinte. Un oiseau sur l’arbre qu’on voit Chante sa plainte. Mon Dieu, mon Dieu, la vie est là, Simple et...

lire plus
Hugo. L’immense oui

Hugo. L’immense oui

L'immense oui De quelqu’un qui se tait nous sommes les ministres ; Le noir réseau du sort trouble nos yeux sinistres ; Le vent nous courbe tous ; L’ombre des mêmes nuits mêle toutes les têtes. Qui donc sait le secret ? Le savez-vous, tempêtes ? Gouffres, en...

lire plus
Nirmayananda. Recommencements

Nirmayananda. Recommencements

Recommencements Car la vie des ultimes profondeursNaît étrangement d’une mort sans douleurMon être surgit du Non-Être !Dans la pulsation mystérieuseD’une récréation intemporelle.Vie-mort… Vie-mort… Vie-mort…Création-destruction…Création-destruction…Chaque coup...

lire plus
Kestenbtsa. Incantation

Kestenbtsa. Incantation

Incantation Je t’ouvrirai, j’ouvrirai tes penséesEn les ouvrantJe te remplirai de joie Te remplissant de joieJe redresserai tes pensées, en les redressantJe te le ferai jolimentJe redresserai ton corps Maintenant, je vais te soignerJusqu’au fond de ton cœurEn ouvrant...

lire plus
Kabir. Un secret unique

Kabir. Un secret unique

Un secret unique J’ai pensé à la différence qui existait entre l’eau et les vagues. En s’élevant, l’eau est toujours de l’eau. En retombant, elle est encore de l’eau. Pourriez-vous me dire comment les séparer ? Parce que le mot « vague » fut créé par l’homme, Dois-je...

lire plus
Ibn Al-Fârid. Éloge du vin

Ibn Al-Fârid. Éloge du vin

Éloge du vin  … C’est ce qu’il y a de plus pur, et cependant ce n’est point de l’eau ; ce qu’il y a de plus léger, et pourtant l’air ne la compose point ; c’est une lumière que le feu n’engendre pas ; c’est une âme qui n’habite point de corps. Sa mémoire a précédé...

lire plus
Toukârâm. Psaume du pèlerin

Toukârâm. Psaume du pèlerin

Psaume du pèlerin Tu te dis : quand je serai libre,quand toute inquiétude m’aura quitté,alors j’entrerai en solitude pour faire prière ! Mais le désir toujours te poursuivra comme un chiensi tu restes dans ce monde agité :le désir dévorera ta vie toute entière....

lire plus
Borges. Les dons

Borges. Les dons

Les dons Il lui fut donné la musique invisiblequi est un don du temps qui dans le temps s’achève ;il lui fut donné la tragique beauté,il lui fut donné l’amour, chose terrible. Il lui fut donné de savoir qu’entre toutes les femmesde la terre, il n’en est qu’une ;un...

lire plus
Morin. Le parti d’Éros

Morin. Le parti d’Éros

Le parti d’Éros Ayez la forte attitude D’affronter les incertitudes Avec force et courage Sans imprécations ni rage Espérons que le Covid Malgré ses tentacules Cessera d’être avide De nos chères cellules Allez au devant de la vie Soyez en inassouvi Allez soyez véloce...

lire plus
Supervielle. Soleil

Supervielle. Soleil

Soleil Soleil, un petit d'homme est là sur ton cheminEt tu mets sous ses yeux ce qu'il faut de lointains.Ne sauras-tu jamais un peu de ce qu'il pense ?Ah tu es faible aussi, sans aucune défense,Toi   qui   n'as   que   la   nuit  pour   sillage,   pour   fin.Et...

lire plus
Caldecott. Respiration

Caldecott. Respiration

Respiration Je n’ai aucune permanencedans la pensée de Dieu.DemainIl se peut même qu’il ne me pensecomme je suisavec un nomune date de naissanceet mes petites combines.                               Mais ce qu’Il estest un Tout sans séparationet tout ce qui Estest...

lire plus
Hopil. Amour essentiel

Hopil. Amour essentiel

Amour essentiel Dans ce nuage épais où mon esprit se plongePour adorer les Trois au sein de l’unité,Je ne pense entrevoir de cette Trinité          Que l’image d’un songe. Je n’en vois rien du tout car voyant quelque choseDe Dieu, je verrai tout en ce ténébreux...

lire plus
Cohen. Me voici, me voici

Cohen. Me voici, me voici

Me voici, me voici Vous voulez plus sombreSi tu es le croupier, je suis hors du jeuSi tu es le guérisseur, ça signifie que je suis brisé et estropiéSi tienne est la gloire alors mienne doit être la honteTu veux ça plus sombreNous tuons la flamme Magnifié, sanctifié,...

lire plus
Baez. Dieu est Dieu

Baez. Dieu est Dieu

Dieu est Dieu Je crois en la prophétie Certaines personnes voient des choses que tout le monde ne peut pas voir et de temps en temps, ils nous transmettent le secret Je crois aux miracles À quelque chose de sacré qui brûle dans chaque buisson et chaque arbre nous...

lire plus
Haïkus et courts poèmes 5

Haïkus et courts poèmes 5

Haïkus et courts poèmes 5 Maître, de qui avez-vous appris le Tao ? Demanda Man Po à Mu Yu. - De l’écriture - De la lecture - De l’éveil - De l’attention - Du travail - Du son - De l’inconnu - Du vide - De l’infini sans commencement lui répondit-il. Tchouang Tseu  La...

lire plus
Djâmi. Le désert et l’illusion

Djâmi. Le désert et l’illusion

Le désert et l'illusion Une goutte d’eau rejetée par l’agitation de la mer, En plein hiver, tomba dans le désert. Devenue glace par la rigueur du froid, Elle crut vivre une existence indépendante. Et cependant, par chacun, en tout lieu, Elle entendait parler de la...

lire plus
Shitao. La saveur du monde

Shitao. La saveur du monde

La saveur du monde Le studio couvert de neige parfumée s’ouvre à la brume.Sans soucis ni entraves, la vision de l’homme se libère.Deuxième veille, au lever de lune : les branches frôlent la porte.Se dévoilent quelques perles : leurs ombres parsèment le perron.Hésitant...

lire plus
Kelly. Je vois

Kelly. Je vois

Je vois Les Airs que vous avez empoisonnésAvec vos voitures, votre fumée, vos usinesEt la Spirale tourne encoreEmpoisonnez l’Air, empoisonnez l’EauLes arbres commencent à mourir dans la forêtEmpoisonnez l’Air, empoisonnez vos enfantsFaites mal à l’avenir de votre...

lire plus
Devos. Sens dessus dessous

Devos. Sens dessus dessous

Sens dessus dessous Vous savez que j’ai l’esprit scientifique. Or, récemment, j’ai fait une découverte bouleversante !En observant la matière de plus près…j’ai vu des atomes…qui jouaient entre eux…et qui se tordaient de rire !Ils s’esclaffaient !Vous vous rendez...

lire plus
Prévert. Paroles

Prévert. Paroles

Paroles Il ne faut pas laisser les intellectuels jouer avec lesallumettesParce que Messieurs quand on le laisse seulLe monde mental MessssieursN’est pas du tout brillantEt sitôt qu’il est seulTravaille arbitrairementS’érigeant pour soi-mêmeEt soi-disant généreusement...

lire plus
Saptrem. La chanson des âges perdus

Saptrem. La chanson des âges perdus

La chanson des âges perdus Il y a quelque chose qui manquequi manque tantdans nos vies Une fenêtre qui s’ouvriraitun infini qui souriraitun coin du cœurqui s’enfonceraitdans Ta grande vaguequi coulerait làcomme à jamais il y a quelque chose qui manquequi manque...

lire plus
Bing Xin. En partance

Bing Xin. En partance

En partance Les myriades d’étoiles scintillent sur le fond bleu du ciel Qui n’a jamais perçu ce qu’elles se disent? Au plus profond du silence chacune de sa faible clarté Rend à ses compagnes un secret hommage Fleur qui pousse dans les cailloux entre les rails une...

lire plus
Pasolini. Interrogation

Pasolini. Interrogation

Interrogation Adulte ? Jamais. Jamais : comme l’existenceQui ne mûrit pas, reste toujours verte,De jour splendide en jour splendide.Je ne peux que rester fidèleA la merveilleuse monotonie du mystère.Voilà pourquoi, dans le bonheur,Je ne me suis jamais abandonné....

lire plus
Stafford. Être une personne

Stafford. Être une personne

Être une personne Sois une personne ici. Tiens-toi près de la rivière, invoqueles chouettes. Invoque l’hiver, puis le printemps.Laisse toutes les saisons qui veulent venir ici passer leurappel. Une fois ce son effacé, attends. Une lente bulle s’élève de la terreet...

lire plus
Vernet. La journée vide

Vernet. La journée vide

La journée vide Désormais, c'est certitude, pour en avoir vécu l'épreuve, chaque instant nous porte au sommet, chaque défaite nous permet d'atteindre les cimes et, à l'instar des peintres les plus grands, nous avons appris à découvrir la beauté, toute la beauté du...

lire plus
Milosz. Du vent et de la pluie

Milosz. Du vent et de la pluie

Du vent et de la pluie C’est à la patience qu’on mesure l’amour. Un pas égal et sûr : c’est là l’allure de l’amour, qu’il chemine entre deux haies de jasmin, au bras d’une fille, ou seul, entre deux rangées de tombeaux. Patience… Car il faut que la prière soit jeûne...

lire plus
Monod. Vesper

Monod. Vesper

Vesper La nuit tombe et déjà s'efface la colline.Seul devant le mystère où grouillent les dangers, Seul dès l'aube, à midi, seul quand le jour décline, Seul au milieu des siens, intimes étrangers,Acteur inconscient on a joué son rôle, Et mimé tour à tour, en bouffon...

lire plus
Wainhouse. Même si j’offrais

Wainhouse. Même si j’offrais

Même si j'offrais Même si j’offraistoutes mes larmesà Ta soif,mes rêves, à Ton ombre,mon désir, au vide profond,mêmesi je donnais ma joiequi s’élanceau tranchant de Ton épéepour en disperser l’éclat,la rose de ma connaissancebrûlera à l’éternel bûcheret lorsque, du...

lire plus
Noël. Sauver la désobéissance

Noël. Sauver la désobéissance

Sauver la désobéissance La Joie vit à l’air libre. La Joie a besoin de respirer. Dans cette rue, la Joie mourra, est morte déjà, étouffée. La Joie est pour chacun dans sa chose unique, dans ce don de soi-même à soi-même que, malgré toute fraternité, nul ne reçoit...

lire plus
Dickinson. Où ?

Dickinson. Où ?

Où ? Notre voyage était bien engagé –Nos pieds étaient presque arrivésA cette étrange bifurcation sur la Route de l’Être –Qu’on Nomme – l’Éternité – Notre allure fut soudain entachée d’effroi –Nos pieds – avançaient – de mauvaise grâce –Devant nous – étaient des...

lire plus
La Fontaine. De la fontaine

La Fontaine. De la fontaine

De la fontaine Un paon muait : un geai prit son plumage ;Puis après se l'accommoda ;Puis parmi d'autres paons tout fier se panada,Croyant être un beau personnage.Quelqu'un le reconnut : il se vit bafoué,Berné, sifflé, moqué, joué,Et par messieurs les paons plumé...

lire plus
Frost. La route non empruntée

Frost. La route non empruntée

La route non empruntée Deux routes bifurquaient dans un bois jauneEt au regret de ne pouvoir prendre les deuxCar voyageant seul, je suis resté longtempsLes yeux fixés sur l’une des deux aussi loin que je le pouvaisJusqu’à un virage qui se perdait dans les broussailles...

lire plus
Ryokan. Moine du ciel

Ryokan. Moine du ciel

Moine du ciel Depuis que j’ai quitté le temple,je me confie aux nuages et à la fumée.Parfois, je me même aux pêcheurs ou aux bûcherons.Parfois, je joue avec des enfants.Qu’il est déshonorant d’être auprès des seigneurs !Etre un maître n’est pas non plus ce que je...

lire plus
Dante. La divine comédie

Dante. La divine comédie

La divine comédie Quand j’étais à moitié du chemin de la vie,La lumière à mes yeux tout-à-coup fut ravie,Et je me retrouvai dans une âpre forêtOù mon âme perdue et désolée errait ;C’était une forêt obscure, épouvantable,Et dire ici combien elle était redoutableSerait...

lire plus
Brassens. Histoire de faussaire

Brassens. Histoire de faussaire

Histoire de faussaire Se découpant sur champ d'azur, la ferme était fausse bien sûrEt le chaume servant de toit synthétique comme il se doitAu bout d'une allée de faux buis, on apercevait un faux puitsDu fond duquel la vérité n'avait jamais dû remonter Et la maîtresse...

lire plus
White. Le territoire de l’être

White. Le territoire de l’être

Le territoire de l'être Combien de formes abandonnéesCombien de moi détruitsCombien d’aurores et de nuitsAvant que je n’atteigneCe lieu de lumière et de videOù les oiseaux crientUne présenceOu n’est-ce encore qu’un signe ? Tant de vie vécuePour cette seule flammeTant...

lire plus
Char. Commune présence

Char. Commune présence

Commune présence Tu es pressé d'écrire comme si tu étais en retard sur la vie s'il en est ainsi fais cortège à tes sources hâte-toi hâte-toi de transmettre ta part de merveilleux de rébellion de bienfaisance effectivement tu es en retard sur la vie la vie inexprimable...

lire plus
Ungaretti. Vagabond

Ungaretti. Vagabond

Vagabond En aucunepartiedu mondeje ne peuxm’établirA chaquenouveauclimatque je rencontreje reconnaisavec lassitudequ’une fois déjàje m’y étaishabituéEt je m’en détache toujoursétrangerJe vins au monderetour d’époques tropvécuesJouir d’un instantseul de vie initialeJe...

lire plus
Haïkus et courts poèmes 4

Haïkus et courts poèmes 4

Haïkus et courts poèmes 4 Sous la lune brillanteJe rentre chez moi en compagnieDe mon ombre. Sodô. 1642 – 1716 Au jour de la dissolution, ô frère,tu redeviendras ce que tu étais,telle l’écume, eau jaillie de l’eau,qui se résorbe en eau. Râmprasâd   Où que...

lire plus
Hölderlin. Ne faire qu’un

Hölderlin. Ne faire qu’un

Ne faire qu'un Bienheureuse Nature! Ce que je ressens quand je lève les yeux sur ta beauté, je ne saurais le dire, mais tout le bonheur du ciel habite les larmes que je pleure devant toi, la mieux aimée.mon être se tait pour écouter les tendres vagues de l’air jouer...

lire plus
Adémar de Borros. Dans la nuit

Adémar de Borros. Dans la nuit

Dans la nuit Dans la nuit, j’ai eu un songe ;J’ai rêvé que je cheminais sur la plage en compagnie duSeigneur. J’ai regardé en arrière et j’ai vu qu’à ce jour,Où passait le film de ma vieSurgissaient les traces sur le sable :L’une était la mienne et l’autre était du...

lire plus
Li Po. L’exilé du ciel

Li Po. L’exilé du ciel

L'exilé du ciel Buvant seul sous la lune Pichet de vin, au milieu des fleurs.Seul à boire, sans un compagnon, Levant ma coupe, je salue la lune :Avec mon ombre, nous sommes trois. La lune pourtant ne sait pas boire.C’est en vain que l’ombre me suit. Honorons cependant...

lire plus
Lalan Fakir. Dis-moi

Lalan Fakir. Dis-moi

Dis-moi Dis-moi, le fou, que cherches-tu sur les chemins du monde ? Regarde dans ta chambre et tu y trouveras le joyau.Pourquoi chercher en vain à Delhi, à Lahore,Obsédé par le Maître invisible et sans formeQui a la forme du Soi ?Le même jeu cosmique se joue dans le...

lire plus
Emré. Désastre constructif

Emré. Désastre constructif

Désastre constructif Lorsque notre insignifiance nous est révélée,Pourquoi nous mortifier Au lieu d’y voir une illumination ?Nous engendrons nous-mêmes nos croyances. Ainsi, il nous faut croire en la séparationTout autant qu’en la beauté ou l’amour,S’y préparer. Car...

lire plus
Oliver. Les oies sauvages

Oliver. Les oies sauvages

Les oies sauvages Tu n’as pas à faire preuve de bonté. Tu n’as pas à faire pénitence et parcourir cent kilomètres sur les genoux dans le désert. Il te suffit de laisser le doux animal de ton corps aimer ce qu’il a envie d’aimer. Parle-moi de désespoir, de ton...

lire plus
Haïkus et courts poèmes 3

Haïkus et courts poèmes 3

Haïkus et courts poèmes 3 Devant l’éclair Sublime est celui Qui ne sait rien          Bashô   Je dormais et je rêvais. La vie n’était que joie. Je m’éveillai et je vis que la vie était service. Je servis et je compris que le service était la joie.          ...

lire plus
Rimbaud. Sensation

Rimbaud. Sensation

Sensation Par les soirs bleus d’été, j’irai dans les sentiers,  Picoté par les blés, fouler l’herbe menue :  Rêveur, j’en sentirai la fraîcheur à mes pieds. Je laisserai le vent baigner ma tête nue. Je ne parlerai pas, je ne penserai rien : Mais l’amour infini me...

lire plus
Michaux. Entre centre et absence

Michaux. Entre centre et absence

Entre centre et absence C'était à l'aurore d'une convalescence, la mienne sans doute, qui sait ? qui sait ? brouillard ! brouillard ! on est si exposé, on est tout ce qu'il y a de plus exposé...« Médicastres infâmes, me disais-je, vous écrasez en moi l'homme que je...

lire plus
Goethe. Meurs et deviens

Goethe. Meurs et deviens

Meurs et deviens Ne le dites à nul autre qu'au sage Car la foule est prompte à l'insulte. Je veux louer le vivant Qui aspire à mourir dans la flamme. Dans la fraîcheur des nuits d'amour Où tu reçus la vie, où tu la donnas, Te saisit un sentiment étrange Quand luit le...

lire plus
Haïkus et courts poèmes 2

Haïkus et courts poèmes 2

Haïkus et courts poèmes 2 Le son De lui-même, le monde est sonore, Et le vide à jamais silence. Ce qui se lève au cœur du calme Au cœur du calme se dissout.           Wei Ying-Wou. 737 - 792   Ne te tourmente pas, ami, en vérité, à propos de ce monde qui n’est...

lire plus
Metz. Terre

Metz. Terre

TerreIl n'y a que des pas. Des pas derrière moi. En reste Ici, dans l'argile encore fraîche qui m'a lié au chemin. Mais souvent ce mot va au feu. Très loin dans la chaleur. Dans ma voix il durcit. Alors  dans l'achèvement il n'est plus qu'une tuile. Il couvre. Il...

lire plus
Cendrars. La prose du transsibérien

Cendrars. La prose du transsibérien

La prose du transsibérien En ce temps-là, j'étais en mon adolescence J'avais à peine seize ans et je ne me souvenais déjà plus de mon enfance J'étais à 16.000 lieues du lieu de ma naissance J'étais à Moscou dans la ville des mille et trois clochers et des sept garesEt...

lire plus
Haïkus et courts poèmes 1

Haïkus et courts poèmes 1

Haïkus et courts poèmes 1 Il en est ainsi de notre vie sur terre, comme une étoile de l’aube, une bulle sur l’eau, une goutte de rosée, un éclair dans le ciel d’été, un rêve dans ce monde flottant.           Issa. 1763 – 1828   Tombée de la branche Une fleur y...

lire plus
Léopardi. Chant

Léopardi. Chant

Chant Toujours chère me fut cette colline           déserte,Et cette forêt qui de maints côtésFerme au regard l’ultime horizon.Assis, je contemple, au-delà,de souverains silences.Dans cette paix profonde,j’abîme ma pensée,Et peu s’en faut que mon cœur nes’affole, et...

lire plus
Raine. Le royaume invisible

Raine. Le royaume invisible

Le royaume invisible Nulle part Il existe un lieuPlus réel qu’iciC’est : nulle part. Du fond des pays de mémoireUne joie sans borneOuvre ses espaces, Pays de l’abandonVastes comme l’amour, élevésComme le cœur désire. Lointains, lointainsEt aussi immenses que...

lire plus
Machado. Paraboles

Machado. Paraboles

Paraboles Il était une fois un enfant qui rêvaitd’un cheval en carton.L’enfant ouvrit les yeux,ne vit point le petit cheval.D’un petit cheval blancl’enfant se remit à rêver ;par la crinière il l’attrapait…Ah, tu ne vas plus t’échapper !A peine l’eut-il attrapéque...

lire plus
Pessoa. Bureau de tabac

Pessoa. Bureau de tabac

Bureau de tabac Je ne suis rien Jamais je ne serai rien. Je ne puis vouloir être rien. Cela dit, je porte en moi tous les rêves du monde. Fenêtres de ma chambre, de ma chambre dans la fourmilière humaine unité ignorée (et si l’on savait ce qu’elle est, que saurait-on...

lire plus
Juarroz. Un nuage m’a visité

Juarroz. Un nuage m’a visité

Un nuage m'a visité Un nuage m'a visité.Et m'a laissé en s'en allantson contour dans le vent.  Une ombre m'a visité.Et m'a laissé en s'en allantle poids d'un autre corps. Une bouffée d'images m'a visité.Et m'a laissé en s'en allantl'irréligion du rêve. Une absence m'a...

lire plus
Cavafis. Quand tu partiras pour Ithaque

Cavafis. Quand tu partiras pour Ithaque

Quand tu partiras pour Ithaque Quand tu partiras pour Ithaque,souhaite que le chemin soit long,riche en péripéties et en expériences. Ne crains ni les Lestrygons, ni les Cyclopes,ni la colère de Neptune.Tu ne verras rien de pareil sur ta route si tes pensées restent...

lire plus
Bauchau. Exercice de louange

Bauchau. Exercice de louange

Exercice de louange Enfance du jardin endormi sous la neige Nécessité de perdre, office des ténèbres Louanges au temps perdu quand il métamorphose La vie en ce jardin et son poème en moi. Nuages, vents, naufrages, océans créateurs De mythes, de rythmes, de nuées Toute...

lire plus
Baudelaire. L’étranger

Baudelaire. L’étranger

L'étranger- Qui aimes-tu le mieux, homme énigmatique, dis? Ton père, ta mère, ta sœur ou ton frère? - Je n'ai ni père, ni mère, ni sœur, ni frère. - Tes amis? -Vous vous servez là d'une parole dont le sens m'est resté jusqu'à ce jour inconnu. - Ta patrie? - J'ignore...

lire plus