Jaccottet. L’ignorant

Jaccottet. L’ignorant

Jaccottet. L'ignorantPlus je vieillis et plus je croîs en ignorance,plus j'ai vécu, moins je possède et moins je règne.Tout ce que j'ai, c'est un espace tour à tourenneigé ou brillant, mais jamais habité.Où est le donateur, le guide, le gardien ?Je me tiens dans ma...

lire plus
Ferré. Les poètes

Ferré. Les poètes

Ferré. Les poètesCe sont de drôles de types qui vivent de leur plume Ou qui ne vivent pas c'est selon la saison Ce sont de drôles de types qui traversent la brume Avec des pas d'oiseaux sous l'aile des chansons Leur âme est en carafe sous les ponts de la Seine Leurs...

lire plus
Brel. La lumière jaillira

Brel. La lumière jaillira

Brel. La lumière jailliraLa lumière jailliraClaire et blanche un matinBrusquement devant moiQuelque part en chemin La lumière jailliraEt la reconnaîtraiPour l´avoir tant de foisChaque jour espérée La lumière jailliraEt de la voir si belleJe connaîtrai pourquoiJ´avais...

lire plus
Carlson. Le soi et le rien

Carlson. Le soi et le rien

Carlson. Le soi et le rienJe suis le connu et l’inconnu Le visible et le caché Je suis ce qui entend et ce qui est sourd Je suis le solitaire Mais je suis tous les hommes Je suis la pensée et le penseur Je suis le mystère Je suis qui je suis Et Ce que je ne suis pas...

lire plus
Lattaignant. Le mot et la chose

Lattaignant. Le mot et la chose

Lattaignant. Le mot et la choseMadame quel est votre motEt sur le mot et sur la choseOn vous a dit souvent le motOn vous a fait souvent la chose Ainsi de la chose et du motVous pouvez dire quelque choseEt je gagerais que le motVous plaît beaucoup moins que la chose...

lire plus
Pétrarque. Les triomphes

Pétrarque. Les triomphes

Pétrarque. Les triomphesPlus de coteaux pour borner notre vue,devant, derrière, offrant un promontoireà nos espoirs ou à nos souvenirs :à trop souvent passer des uns aux autres,tel perd le sens, et vivre n’est qu’un rêveoù l’on se dit : « Qu’ai-je été ? Que serai-je ?...

lire plus
Shabkar. Aujourd’hui

Shabkar. Aujourd’hui

Shabkar. Aujourd'hui Aujourd’hui, j’ai gravi la montagneAu plus haut de mon ermitage parfait :Du sommet, j’ai levé les yeuxEt vu le ciel sans nuages.Il m’a rappelé l’espace absolu et sans limites,Et j’ai connu une libertéSans limite ni fin,Dénuée de toutes vues...

lire plus
Piaf. Non, je ne regrette rien

Piaf. Non, je ne regrette rien

Piaf. Non, je ne regrette rienNon! Rien de rien ... Non! Je ne regrette rien... Ni le bien qu'on m'a fait Ni le mal tout ça m'est bien égal! Non! Rien de rien ... Non! Je ne regrette rien... C'est payé, balayé, oublié Je me fous du passé! Avec mes souvenirs J'ai...

lire plus
Fontana. Le monde de l’amour

Fontana. Le monde de l’amour

Fontana. Le monde de l'amourNon, pas ce soir mon amourJe n'ai plus pensé à toiJ'ai ouvert les yeuxpour regarder autour de moiet autour de moile monde tournait toujours. Tourne, le monde, tourne.dans l'espace sans finavec les amours à peine néesavec les amours déjà...

lire plus
Goorma. Réveil nu

Goorma. Réveil nu

Goorma. Réveil nuLe rameur de l’aubetous les matins revientet tire avec lui le lourd filet de l’autre monde Le passeur de l’aubesans qui le rêve ne franchitle cercle magique de l’oubli Le pêcheur du rêveramène au petit jourles promesses frissonnantes de la nuit....

lire plus
Chédid. Au cœur du cœur

Chédid. Au cœur du cœur

Chédid. Au cœur du cœurAu cœur de l’espaceLe Chant Au cœur du chantLe Souffle Au cœur du souffleLe Silence Au cœur du silenceL’Espoir Au cœur de l’espoirL’Autre Au cœur de l’autreL’Amour Au cœur du cœurLe Cœur  Andrée Chédid. Rythmes. Poésie Gallimard....

lire plus
Abd Al Malik. L’alchimiste

Abd Al Malik. L’alchimiste

Abd Al Malik. L'alchimisteJe n'étais rien, ou bien quelque chose qui s'en rapproche, J'étais vain et c'est bien ce que contenait mes poches. J'avais la haine, un mélange de peur, d'ignorance et de gêne. Je pleuvais de peine, de l'inconsistance de ne pas être moi-même....

lire plus
Bourvil. La tendresse

Bourvil. La tendresse

Bourvil. La tendresseOn peut vivre sans richesse Presque sans le sou Des seigneurs et des princesses Y'en a plus beaucoup Mais vivre sans tendresse On ne le pourrait pas Non, non, non, non On ne le pourrait pas On peut vivre sans la gloire Qui ne prouve rien Etre...

lire plus
Dorion. Jours de sable

Dorion. Jours de sable

Dorion. Jours de sableDans la plupart de nos vies, il n’y a rien d’extraordinaire. Simplement des maisons, des visages, des pas qui les relient. A la fin, on dit ma vie, on raconte les passerelles, les forêts, les points d’eau qu’il a fallu trouver pour que se...

lire plus
Dorion. Comme résonne

Dorion. Comme résonne

Dorion. Comme résonneComme résonne étrangement la vieque tu vois se lever, au milieu du brouillardde l’enfant que tu étais, hier encoreà la table où ton père, où ta mèrefouillaient le quotidien, sarclaientla terre, arrachaient les herbes égaréesparmi les tulipes...

lire plus
Tennyson. Se lancer en quête

Tennyson. Se lancer en quête

Tennyson. Se lancer en quêteVenez, mes amis, point n'est trop tard pour se lancer en quêteD'un monde nouveau ; poussons au large et en rangs serrés,Fendons ces sillons sonores ; car je garde l'envieDe voguer au-delà du coucher du soleil où baignentToutes les étoiles...

lire plus
Jodorowsky. Et si le Mat parlait…

Jodorowsky. Et si le Mat parlait…

Jodorowsky. Et si le Mat parlait...Sais-tu qu’à chaque instant une mutation de conscience est possible, que tu peux soudainement changer la perception que tu as de toi ? On s’imagine parfois qu’agir, c’est triompher sur l’autre. Quelle erreur ! Si tu veux agir dans le...

lire plus
Sedar Senghor. Poème à mon frère blanc

Sedar Senghor. Poème à mon frère blanc

Sedar Senghor. Poème à mon frère blancQuand je suis né, j'étais noir;Quand j'ai grandi, j'étais noir;Quand je suis au soleil, je suis noir;Quand je suis malade, je suis noir;Quand je mourrai, je serai noir... Tandis que toi homme blanc,Quand tu es né, tu étais...

lire plus
Prière de Rosa Giove

Prière de Rosa Giove

Prière de Rosa GioveOuvre-toi ô mon cœurOuvre-toi Sentiment.Ouvre-toi CompréhensionMets la raison de côtéEt laisse briller le soleil caché en toi. Ouvrez-vous Mémoires anciennes,Cachées dans la terre,Dans les plantesSous le feu,Sous l’eau,Ouvre-toi ô mon cœurOuvre-toi...

lire plus
Anonyme. Le souffle, c’est le ciel

Anonyme. Le souffle, c’est le ciel

Anonyme. Le souffle, c'est le cielLe souffle, c’est le ciel,C’est ce qui met en communication,C’est le vent,C’est le mouvement,Ce sont les transformations,C’est la respiration,C’est ce qui est léger et s’élève,Ce qui s’envole,Ce qui se disperse,Ce qui ouvre,Ce qui...

lire plus
Keats. Ô toi dont la face

Keats. Ô toi dont la face

Keats. Ô toi dont la faceÔ toi dont la face a senti le vent de l’Hiver,Dont les yeux ont vu les nuages de neige suspendus dans la brumeEt les faîtes des ormes noirs au milieu de la froide lueur des étoiles !Pour toi le Printemps sera un temps de moissons.Toi dont le...

lire plus
Walcott. L’amour après l’amour

Walcott. L’amour après l’amour

Walcott. L'amour après l'amour Le temps viendraoù, avec allégresse,tu t’accueilleras toi-même, arrivantdevant ta propre porte, ton propre miroir,et chacun sourira du bon accueil de l’autre et dira : assieds-toi. Mange.Tu aimeras de nouveau l’étranger qui était...

lire plus
Tung-Shan. Si tu cherches

Tung-Shan. Si tu cherches

Tung-Shan. Si tu cherchesSi tu cherches la vérité au-dehors de toi,Elle s’éloignera de plus en plus.Aujourd’hui, en marchant seul,Je la rencontre à chacun de mes pas.Elle est comme moi.Pourtant je ne suis pas elle.Ce n’est qu’en comprenant celaQue tu te confondras...

lire plus
Twardowski. Dieu

Twardowski. Dieu

Twardowski. DieuDieu,Je Te remercie tout simplementDe ce que Tu existes,D’être plus grand que notre tête – trop logique,D’être plus subtil que notre cœur – trop nerveux,D’être si proche et si lointain, et en tout – autre,D’être déjà conçu et encore inconnuQu’en fuyant...

lire plus
Oliver Mary. Le voyage

Oliver Mary. Le voyage

Oliver Mary. Le voyageUn jour tu as finalement suce que tu avais à faire, et tu t’y es mise,alors que les voix autour de toihurlaient sans cesseleurs funestes conseils –alors que la maison entières’était mise à trembleret que tu sentais les vieux fersà tes...

lire plus
Prière de Bunyan

Prière de Bunyan

Prière de BunyanQue de surprenantes merveillesTa sagesse infinie a fait voir à mes yeux !Mon Dieu, que ne puis-je en tous lieuxCélébrer hautement tes bontés sans pareilles ! Mon âme était environnéeDe pièges et d’écueils, de ténèbres, d’horreurs,De la mort et de ses...

lire plus
Medeiros. Il meurt lentement

Medeiros. Il meurt lentement

Medeiros. Il meurt lentementIl meurt lentementcelui qui ne voyage pas, celui qui ne lit pas, celui qui n’écoute pas de musique, celui qui ne sait pas trouver grâce à ses yeux. Il meurt lentementcelui qui détruit son amour-propre, celui qui ne se laisse jamais aider....

lire plus
Eluard. Notre mouvement

Eluard. Notre mouvement

Eluard. Notre mouvementNous vivons dans l'oubli de nos métamorphosesLe jour est paresseux mais la nuit est activeUn bol d'air à midi la nuit le filtre et l'useLa nuit ne laisse pas de poussière sur nous Mais cet écho qui roule tout le long du jourCet écho hors du...

lire plus
Petit. L’art du funambule

Petit. L’art du funambule

Petit. L'art du funambuleCelui qui marche, danse ou voltigeSur une corde à quelques mètres du solN’est pas funambule.Son fil peut être tendu, lâche, muni de ressortsOu complètement détendu, il travaille avec ou sans balancier,On l’appelle le danseur de corde. Qui...

lire plus
Prière d’Alfred de Musset

Prière d’Alfred de Musset

Prière d'Alfred de MussetÔ Toi que nul n’a pu connaîtreEt n’a renié sans mentir,Réponds-moi,-Toi qui m’as fait naître,Et demain me feras mourir ! Puisque Tu te laisses comprendre,Pourquoi fais-Tu douter de toi ?Quel triste plaisir peux-Tu prendreÀ tenter notre bonne...

lire plus
Jaëll Marie. L’inventivité sensible

Jaëll Marie. L’inventivité sensible

Jaëll Marie. L'inventivité sensible Je suis toujours préoccupée par des travaux que je dois entreprendre, des progrès que je dois réaliser. Mon jeu ne me contente que de loin en loin et par fragments, rarement dans l'ensemble. Je découvre toujours des lacunes.Se...

lire plus
Kokinshu. Me voici amoureux

Kokinshu. Me voici amoureux

Kokinshu. Me voici amoureuxChant triste du coucou, Iris du début d'été, sans savoir pourquoi me voici amoureux. Là-bas où se perd l'écume des vagues, le navire, lui au moins, va selon le vent qui le guide. Ah ! Notre monde est fait ainsi, comme le vent qui souffle mes...

lire plus
Donne. En temps de crise

Donne. En temps de crise

Donne. En temps de criseAucun homme n’est une île,un tout, complet en soi ;tout homme est un fragment du continent, une partie de l’ensemble ;si la mer emporte une motte de terre,l’Europe en est amoindrie,comme si les flots avaient emporté un promontoire,le manoir de...

lire plus
Prière d’O’Donohue

Prière d’O’Donohue

Prière d'O'DonohuePuisse mon esprit s’éveiller aujourd’huiÀ cette géographie invisibleQui m’invite à découvrir de nouvelles frontières,À me défaire de l’enveloppe morte des jours passés,À prendre le risque d’être ébranlé et transformé. Puisse avoir aujourd’hui le...

lire plus
Prévert. Malgré moi

Prévert. Malgré moi

Prévert. Malgré moiEmbauché malgré moi dans l’usine à idéesj’ai refusé de pointerMobilisé de même dans l’armée des idéesj’ai désertéJe n’ai jamais compris grand choseIl n’y a jamais grand choseni petite choseil y a autre choseAutre chosec’est ce que j’aime qui me...

lire plus
Bobin. La présence pure

Bobin. La présence pure

Bobin. La présence pureLa couleur jaune monte à ses feuilles comme le rouge aux joues des timides. Ce n’est pas seulement un arbre devant une fenêtre. C’est un conseiller que j’interroge et qui m’instruit par sa manière d’aller tout en hésitations et ruptures – vers...

lire plus
Prière d’Henley William Ernest

Prière d’Henley William Ernest

Prière d'Henley William ErnestDans les ténèbres qui m’enserrent,Noires comme un puits où l’on se noie,Je rends grâce aux dieux quels qu’ils soient,Pour mon âme invincible et fière, Dans de cruelles circonstances,Je n’ai ni gémi ni pleuré,Meurtri par cette existence,Je...

lire plus
Freire Carlos. Jaisalmer. 1978

Freire Carlos. Jaisalmer. 1978

Freire Carlos. Jaisalmer. 1978 Tu ne recevras la lumière qu’en traversant tes ombres. Tu n’atteindras le sommet qu’en dépassant tes souterrains.   Il n’y a pas à « s’en sortir » parce qu’il n’y avait pas d’entrée ! Et par ton rêve enfin dissipé, l’éternité du...

lire plus
Whyte. Douce obscurité

Whyte. Douce obscurité

Whyte. Douce obscuritéQuand tes yeux sont fatiguésle monde aussi est fatigué. Quand ta vision s’en est alléeaucune partie du monde ne peut te trouver. Il est temps d’aller dans l’obscuritéoù la nuit a des yeuxpour reconnaître les siens. Là, tu peux être sûrque tu n’es...

lire plus
Muir. Les absents

Muir. Les absents

Muir. Les absentsIls ont disparu. Et nous, nous sommes les Autres,Nous marchons, inconnus nous-mêmes, dans le soleilQui brille pour nous et pour nous seuls.Eux, Ils ont disparu.Et Ils se font connaître de nous dans cette grande absenceQui s’étend sur nous et entre...

lire plus
Riopelle. 1953.063H.V1953

Riopelle. 1953.063H.V1953

Riopelle. 1953.063H.V1953 Qu’y-a-t-il derrière le grillage de mes pensées ? Que masquent mes feuillages émotionnels ? Que renferment les sillages de mon corps ?   La blancheur éternelle du divin.

lire plus
Prière de John Henry Newman

Prière de John Henry Newman

Prière de John Henry NewmanConduis-moi, douce Lumière,au milieu des ténèbres :je t’en prie, conduis-moi. La nuit est sombre, et je suisloin de la maison :je t’en prie, conduis-moi. Veille sur mon chemin.Je ne demande pasà voir le but lointain :un seul pas me suffit....

lire plus
Morgan. A la claire fontaine…

Morgan. A la claire fontaine…

Morgan. A la claire fontaine...J’ai cherché la paix dans la solitude :Elle était peuplée d’orgueil et d’illusions.J’ai cru trouver la vérité en moi seul,Et la vérité qui réside chez tous les hommesétait profondément glacée au fond de mon cœur.Je n’avais aucun rayon de...

lire plus
Prière de Brassens. Le rosaire de Francis Jammes

Prière de Brassens. Le rosaire de Francis Jammes

Prière de Brassens. Le rosaire de Francis JammesPar le petit garçon qui meurt près de sa mèretandis que des enfants s’amusent au parterre ;et par l’oiseau blessé qui ne sait pas commentson aile tout à coup s’ensanglante et descendpar la soif et la faim et le délire...

lire plus
Caulier. Mon amie la rose

Caulier. Mon amie la rose

Caulier. Mon amie la rose On est bien peu de choseEt mon amie la roseMe l´a dit ce matin.A l´aurore je suis néeBaptisée de roséeJe me suis épanouieHeureuse et amoureuseAux rayons du soleilMe suis fermée la nuitMe suis réveillée vieille Pourtant j´étais très belleOui...

lire plus
Dieuzaide Jean (1921 – 2003)

Dieuzaide Jean (1921 – 2003)

Dieuzaide Jean (1921 – 2003) Il t’appartient de choisir ton chemin :D’aller vers la nouveauté de la mer,De retourner sur le connu de tes pas. C’est à chacun de faire de sa vie un paradis ou un enferUne fois compris que les autres n’y sont pour rien.Etre un passant ou...

lire plus
Rostand. Non, merci

Rostand. Non, merci

Rostand. Non, merciMais… chanter,Rêver, rire, passer, être seul, être libre,Avoir l’œil qui regarde bien, la voix qui vibre,Mettre, quand il vous plaît, son feutre de travers,Pour un oui, pour un non, se battre, – ou faire un vers !Travailler sans souci de gloire ou...

lire plus
Wang Wei. Le plein du vide

Wang Wei. Le plein du vide

 Wang Wei. Le plein du videau milieu de ma vie je me suis épris du taosur mes vieux jours j’habite au pied de la montagne du sudquand l’envie me prend, solitaire je m’y rendsde choses si merveilleuses je suis le seul à jouirje marche jusqu’à la sourceassis, je regarde...

lire plus
Chet Baker à Milan. 1961

Chet Baker à Milan. 1961

Chet Baker à Milan. 1961L’homme et sa musique intérieure.La foule et sa folie extérieure.Deux mondes parallèles qui se rejoignent à l’infini,L’universel réconcilié, enfin. Et de l’autre à moi, il n’y a qu’un pont, qu’un pas.

lire plus
Moitessier. La longue route

Moitessier. La longue route

Moitessier. La longue routeL'homme-robot téléguidé pullulera sur la Terre, et ensuite notre planète s'en débarrassera comme on se débarrasse de la vermine. Il restera quelques lamas au Tibet, quelques rescapés sur les montagnes et sur la mer, peut-être. Et tout le...

lire plus
Cheng. Qui accueille

Cheng. Qui accueille

Cheng. Qui accueilleQui accueille s’enrichit, qui exclut s’appauvrit. Qui élève s’élève, qui abaisse s’abaisse. Qui oublie se délie, qui se souvient advient. Qui vit de mort périt, qui vit de vie sur-vit.   François Cheng. Enfin le royaume. Poésie Gallimard....

lire plus
Milosz. Solitude

Milosz. Solitude

Milosz. Solitude Je me suis réveillé sous l’azur de l’absence Dans l’immense midi de la mélancolie.L’ortie des murs croulants boit le soleil des morts.      Silence. Où m’avez-vous conduit, Mère aveugle, ô ma vie ? Dans quel enfer du souvenir où l’herbe pense, Où...

lire plus
Kokinshu. Chant de printemps

Kokinshu. Chant de printemps

Kokinshu. Chant de printemps Chant triste du coucou, Iris du début d'été, sans savoir pourquoi me voici amoureux. Là-bas où se perd l'écume des vagues, le navire, lui au moins, va selon le vent qui le guide. Ah ! Notre monde est fait ainsi, comme le vent qui souffle...

lire plus
Prière de Thérèse de Lisieux

Prière de Thérèse de Lisieux

Prière de Thérèse de Lisieux Ma vie n'est qu'un instant, une heure passagèreMa vie n'est qu'un seul jour qui m'échappe et qui fuitTu le sais, ô mon Dieu ! Pour t'aimer sur la terreJe n'ai rien qu'aujourd'hui !... Oh ! Je t'aime, Jésus ! Vers toi mon âme aspirePour un...

lire plus
Guénand. Dévotion

Guénand. Dévotion

Guénand. DévotionEntre l’ombre et la lumièreEntre le chagrin et la raisonEntre la rage et la prièreEntre l’ignorance et le pardonJ’ai découvert une autre filièreUne mine d’or, un inépuisable filonQui m’aspire au cœur de l’universDans un magnifique tourbillonOù la peur...

lire plus
Juan Ramón Jiménez. Matins

Juan Ramón Jiménez. Matins

Juan Ramón Jiménez. MatinsLit emprunté Dur, sec, fatidique matin, qui me réveille par ta véhémenceaigre du concert d’innocencesplendeur du fond de ma nuit souveraine, trouble remous d’humaine peine, de conscience éblouie et sordide, trop lente à prendre place en la...

lire plus
Wagoner. Ici

Wagoner. Ici

Wagoner. Ici Ne bouge plus. Les arbres devant toi et les buissons sur les côtésNe se sont pas perdus. Où que tu sois s’appelle Ici,Et tu dois le traiter comme un puissant étranger,Tu dois demander la permission de le connaître et d’être connu.La forêt respire. Ecoute....

lire plus
Blake. Pity. 1795

Blake. Pity. 1795

Blake. Pity. 1795Seras-tu là A l’instant de ta métempsychose, Ton sarcophage abandonné à l’esprit en éveil ? Ou bien Absent de toi-même, Prépare-toi, encore, à une vie postérieure…

lire plus
Kabîr. Ami, espère

Kabîr. Ami, espère

Kabîr. Ami, espère Ami, espère en l’Hôte tant que tu es en vie.Plonge dans l’expérience tant que tu es en vie !Pense… et pense encore… tant que tu es en vie.Ce que tu appelles « salut » appartient au temps d’avant la mort. Si tu ne brises pas tes liens tant que tu es...

lire plus
Newman. Le sublime est maintenant

Newman. Le sublime est maintenant

Newman. Le sublime est maintenantNous réaffirmons le désir naturel de l’homme pour l’exaltation, pour un souci de notre rapport aux émotions absolues. Nous n’avons nul besoin des accessoires désuets d’une légende démodée et caduque. Nous créons des images dont la...

lire plus
Akeji Sumiyoshi.

Akeji Sumiyoshi.

Akeji Sumiyoshi. Eclatement Absorption Rayonnement Pulsation. Détachement, Danse cosmique au cœur de l’être,Sans durée, sans doute, sans désespoir !

lire plus
Stafford. Tiens-toi prêt

Stafford. Tiens-toi prêt

Stafford. Tiens-toi prêt A partir d’ici, de quoi veux-tu te souvenir ?De la lumière du soleil qui grignote un sol brillant ?De l’odeur de vieux bois qui plane, du bruit adoucide l’extérieur qui emplit l’air ? Offriras-tu jamais plus beau cadeau au mondeque le respect...

lire plus
Prière de Dietrich Bonhoeffer

Prière de Dietrich Bonhoeffer

Prière de Dietrich BonhoefferDieu, je t’invoque dès l’aubeAide-moi à prier et rassembler mes pensées ;Seul, je ne le peux pas.En moi sont les ténèbres, près de toi la lumière.Je suis seul, mais Toi, tu ne m’abandonnes pas ;Je suis découragé, mais Toi tu me secours ;Je...

lire plus
Feininger Andreas. Coney Island. 1949

Feininger Andreas. Coney Island. 1949

Feininger Andreas. Coney Island. 1949 A chacun sa place au soleil dans ce bas monde peuplé.A tous son unique partition raccordée à l’ensemble.Cacophonie ou cosmogonie ?Tout est dans l’écoute.L’observateur en moi le pressent : La somme des parties s'équilibre au...

lire plus
Hafez. Quel est le secret ?

Hafez. Quel est le secret ?

Hafez. Quel est le secret ?L’autre nuit, un sage est venu me dire : « Il faut que tu connaisses le secret de celui qui nous vend le vin. »Il ajouta : « Ne prends rien au sérieux. Le monde met de lourds fardeaux sur ceux qui courbent l’échine. »Puis il me tendit une...

lire plus
Campo Cristina. Deux mondes

Campo Cristina. Deux mondes

Campo Cristina. Deux mondes Deux mondes - et moi je viens de l'autre.Derrièredans les rues détrempéesderrièredans le brouillard et le déchirementau-delà du chaos et de la raisonde portes minuscules et de durs rideaux de cuir,un monde caché au monde, imprégnant le...

lire plus
Prière d’origine amérindienne

Prière d’origine amérindienne

Prière d'origine amérindienne Quand je ne serai plus là, lâchez-moi !Laissez-moi partirCar j’ai tellement de choses à faire et à voir !Ne pleurez pas en pensant à moi !Soyez reconnaissants pour les belles annéesPendant lesquelles je vous ai donné mon amour !Vous ne...

lire plus
Baguian. Je suis une tombe

Baguian. Je suis une tombe

Baguian. Je suis une tombeComment savoir où je vaisSi je ne sais pas d'où je viensOù est passé mon passéJe recherche sans finLe début d'un chemin Comment savoir qui je suisSans savoir de qui je tiensJe suis à moi-même étrangerEn ne connaissant rienDu nom qui est le...

lire plus
Prière de l’arbre

Prière de l’arbre

Prière de l'arbre Homme !Je suis la chaleur de ton foyer par les froides nuits d’hiver,L’ombrage ami lorsque brûle le soleil d’été.Je suis la charpente de ta maison, la planche de ta table.Je suis le lit dans lequel tu dors et le bois dont tu fis les navires.Je suis...

lire plus
Cohen. Suzanne

Cohen. Suzanne

Cohen. Suzanne Suzanne t'emmène chez elle près de la rivièreTu peux entendre les bateaux voguerTu peux passer la nuit auprès d'elleEt tu sais qu'elle est à moitié folleMais c'est pour ça que tu veux resterEt elle te nourrit de thé et d'orangesQui ont fait tout le...

lire plus
Éluard. Liberté

Éluard. Liberté

Éluard. LibertéSur mes cahiers d’écolierSur mon pupitre et les arbresSur le sable sur la neigeJ’écris ton nom Sur toutes les pages luesSur toutes les pages blanchesPierre sang papier ou cendreJ’écris ton nom Sur les images doréesSur les armes des guerriersSur la...

lire plus
Ansa. S’il y a …

Ansa. S’il y a …

Ansa. S'il y a ... S’il y a un art,il est l’expression de l’amour. S’il y a un chemin,c’est d’avancer en aimant. S’il y a une connaissance,c’est en aimant qu’elle viendra. S’il y a un ciel,c’est l’Aimé qui l’habite. S’il y a une vie,c’est d’aimer l’amour. S’il y a une...

lire plus
T. S. Eliot. La terre vaine

T. S. Eliot. La terre vaine

T. S. Eliot. La terre vaineEntre l’idéeEt la réalitéEntre le mouvementEt l’acteTombe l’OmbreCar Tien est le Royaume Entre la conceptionEt la créationEntre l’émotionEt la réponseTombe l’Ombre La vie est très longue Entre le désirEt le spasmeEntre la puissanceEt...

lire plus
Franck. Un saut de foi. Ireland. 1995

Franck. Un saut de foi. Ireland. 1995

Franck. Un saut de foi. Ireland. 1995 Prenons la vie comme des enfants se tiennent par la main,et avalons nos ombres en passant par-dessus.Peu importe l’atterrissage car c’est dans l’élanque la joie nous inonde,que la confiance nous réunit.

lire plus
Yourcenar. Vous ne saurez jamais

Yourcenar. Vous ne saurez jamais

Yourcenar. Vous ne saurez jamaisVous ne saurez jamais que votre âme voyageComme au fond de mon cœur un doux cœur adoptéEt que rien, ni le temps, d’autres amours, ni l’âgeN’empêcheront jamais que vous ayez été ; Que la beauté du monde a pris votre visage,Vit de votre...

lire plus
Salvodo. Marie-Madeleine. 1530

Salvodo. Marie-Madeleine. 1530

Salvodo. Marie-Madeleine. 1530 Madone qui se donne au présent, Qui s’abandonne à l’instant, Vierge de tout péché, Mère de tous les hommes, Déesse du passage ; Je m’adonne à ton regard porteur d’amour

lire plus
Sabino. De tout

Sabino. De tout

Sabino. De toutDe tout, il resta trois choses:la certitude que tout était en trainde commencer,la certitude qu'il fallait continuer,la certitude que cela serait interrompuavant que d'être terminé.Faire de l'interruption un nouveau chemin,faire de la chute un pas de...

lire plus
H. J. Lim. La vie parfaite

H. J. Lim. La vie parfaite

H. J. Lim. La vie parfaiteJe salue le public. Les applaudissements s’estompent. Un homme tousse. Le piano attend. Je m’assois. Et alors, il y a la musique. Et tout advient. La musique, c’est eux, c’est moi, c’est vous, c’est nous qui cherchons le silence.Je n’oublie...

lire plus
Prière d’Édith Stein 2

Prière d’Édith Stein 2

Prière d’Édith Stein 2Seigneur, les vagues sont déchaînéesEt la nuit est sombre.Ne veux-tu pas l’éclairerPour moi, qui veille en solitaire ? Tiens ferme la main sur le gouvernailEt sois confiante et paisible.Ton petit bateau m’est cher,Je veux le piloter jusqu’au but....

lire plus
Machado. Des chemins sur la mer

Machado. Des chemins sur la mer

Machado. Des chemins sur la merIIA quoi bon appeler cheminsles sillons du hasard ?...Qui chemine marche toujoursComme Jésus sur la mer. XXIHier j’ai rêvé que je voyaisDieu et qu’à Dieu je parlais ;et j’ai rêvé que Dieu m’entendait…Puis j’ai rêvé que je rêvais....

lire plus
Apollinaire. Chère raison

Apollinaire. Chère raison

Apollinaire. Chère raisonJ’écoute les bruits de la villeEt prisonnier sans horizonJe ne vois rien qu’un ciel hostileEt les murs de ma prison. Le jour s’en va voici que brûleUne  lampe dans la prisonNous sommes seuls dans ma celluleBelle clarté Chère raison Guillaume...

lire plus
Memling. Ange tenant un rameau. 1480

Memling. Ange tenant un rameau. 1480

Memling. Ange tenant un rameau. 1480 Que me dit l’ange qui me scrute de son regard aimant ?           - Va vers ton cœur pour déployer tes ailes et suis-moi, Je suis le chemin de ta résurrection. Car tu es prêt.

lire plus